#MeetESO : A la rencontre de Paranal (et d’Armazones) – 2ème partie

Ceci est la dernière partie de mon récit concernant le voyage au Chili organisé par l’ESO, l’observatoire européen austral, qui a invité 8 utilisateurs des média sociaux à visiter leurs observatoires de Paranal et ALMA du 7 au 12 mai 2016.

Comme je le disais à la fin de ce précédent article, c’est lundi 9 mai 2016 que Mercure est passé devant le soleil. La météo n’avait pas été excellente la veille, mais nous avons eu la bonne surprise de constater au réveil qu’une bonne partie des nuages avaient disparu.

 

Entrée de la Résidencia

Entrée de la Residencia sous le soleil

 

Je m’étais réveillée avant l’aube et je suis sortie faire quelques photos devant la Residencia un peu après 7h du matin, le soleil se levait moins d’une heure après, c’était déjà limite trop tard pour les photos, le ciel commençait déjà à s’éclaircir.

 

Entrée de la Residencia, 45 minutes avant le lever du soleil

Entrée de la Residencia, 45 minutes avant le lever du soleil

 

Après le petit-déjeuner nous sommes allé rendre visite à l’équipe de l’ESA, l’Agence Spatiale Européenne, qui observait le transit de Mercure et le rediffusait en direct sur internet.

 

Paranal_2016-05-09_10-12-38

 

Ils faisaient cela dans le cadre du projet CESAR (Cooperation through Education in Science and Astronomy Research) : deux équipes de l’ESA se sont rendues dans deux endroits différents du globe : une aux Canaries sur le Mont Teide et une autre à Paranal au Chili, afin d’observer le transit depuis ces deux endroits. Le transit était retransmis sur internet et pouvait être suivi de partout.

Vous pouvez revoir les images du transit sur ce lien en choisissant la date du 9 mai et la fréquence voulue (H-Alpha ou Visible).

Puis nous avons pris la route pour nous rendre sur le Cerro Armazones, la montagne où sera hébergé le E-ELT, le futur très grand télescope de l’ESO. Les deux sites sont distants d’environ 35 kilomètres par la route, 22km à vol d’oiseau.

 

 

En cours de route nous avons fait un arrêt, ce qui nous a permis de pouvoir photographier Paranal…

 

Le Cerro Paranal vu depuis la route d'Armazones

Le Cerro Paranal vu depuis la route d’Armazones. A droite se trouve le télescope VISTA

 

…ainsi que le sommet rasé du Cerro Armazones. Dans les 10 ans à venir, un énorme dôme va être construit à cet endroit-là. Les contrats pour la construction du dôme et la structure du télescope ont été attribués. Yapuka 🙂

 

Le Cerro Armazones

Le Cerro Armazones

 

La montagne héberge déjà un télescope de 1,5m de diamètre, le Hexapod-Telescope (HPT) qui appartient à l’Université de la Ruhr à Bochum en Allemagne. C’est ce que l’on voit sur la partie droite de la photo.

Une fois arrivé au sommet, à un peu plus de 3000 mètres d’altitude, nous avons une superbe vue sur le désert et sur le Cerro Paranal. On aperçoit même l’Océan Pacifique et les nuages qui le recouvrent au niveau de la côte.

 

Le Cerro Paranal vu depuis le Cerro Armazones (le camp de base, la plateforme des télescopes et le télescope VISTA)

Le Cerro Paranal vu depuis le sommet du Cerro Armazones (le camp de base, la plateforme des télescopes et le télescope VISTA)

 

Et voici l’endroit où se situera le E-ELT (European-Extremely Large Telescope) et son miroir primaire de 39 mètres. Le télescope sera doté de 5 miroirs au total. Le dôme qui abritera le télescope fera près de 80 mètres de haut et 85 mètres de diamètre !

 

Au sommet du Cerro Armazones

Au sommet du Cerro Armazones

 

Si vous regardez la photo ci-dessus en pleine résolution, vous remarquerez des cônes rouges et blancs qui délimitent l’emplacement du dôme du télescope. Les deux poteaux blancs marquent l’emplacement du centre du miroir. Ce télescope va être énoooooorme.

Je vous invite à regarder cet ESOcast qui présente l’E-ELT en utilisant des images de synthèse.

 

 

Grace à cette vidéo on se rend bien compte du défi technologique que représente ce télescope. Tout comme le VLT il bénéficiera de l’optique active et de l’optique adaptative qui lui permettront d’obtenir des images d’excellente résolution (voir mon précédent article pour plus d’infos sur l’optique active et adaptative du VLT).

Un miroir de 39 mètres n’est pas possible d’un seul bloc, c’est pourquoi son miroir primaire sera composé de 798 segments hexagonaux qui feront 5cm d’épaisseur, 1m45 de diamètre et pèseront 245kg.  L’ensemble du miroir primaire pèsera environ 260 tonnes.

Le E-ELT sera si grand, que les plateformes de ses foyers Nasmyth (si vous avez lu mon précédent article, vous savez ce que c’est ;)) pourront contenir l’un des télescopes du VLT !

 

 

Personnellement j’ai hâte de voir ce télescope construit et opérationnel, mais la première lumière (son inauguration) n’est pas prévue avant 2024, il faudra encore attendre !

De retour à Paranal, nous rendons visite à l’UT5, le télescope amateur utilisé par les astronomes pour pouvoir observer le ciel pendant leur temps libre. Il s’agit d’un C11 (Celestron dont le miroir principal fait 11 pouces de diamètre, soit 28cm). Il a une longueur focale de 2,8 mètres, ce qui permet déjà de voir de beaux objets… La cible de ce jour c’est le transit de Mercure devant le soleil.

 

Les participants à #MeetESO ont observé le transit de Mercure à travers l'oculaire d'un télescope !

Les participants à #MeetESO ont observé le transit de Mercure à travers l’oculaire d’un télescope ! (Crédit : ESO)

 

Le télescope est situé juste au-dessus de La Residencia, que l’on peut enfin photographier sous un ciel bleu !

 

Paranal_2016-05-09_12-58-35

La Residencia, l’hôtel des astronomes, les VLT sur leur plateforme et l’Océan Pacifique, partiellement recouvert de nuages.

 

En parlant de La Residencia, je vous avais dit qu’elle avait été utilisée comme décor dans un film de James Bond, Quantum of Solace. Elle avait été détruite à la fin du film. Ce n’est bien sûr que du cinéma, la résidence est toujours là, la preuve :

 

Paranal_2016-05-09_16-26-21

 

Voici un extrait du film

 

L’équipe du film avait sans doutes trouvé qu’il n’y avait pas assez de rochers dans le désert, du coup ils en avaient fabriqué pour compléter le décor et ont laissé l’un d’eux sur place !

 

Remco et Francisco veulent nous faire croire que ce rocher est lourd... :)

Remco et Francisco veulent nous faire croire que ce rocher est lourd… 🙂

 

Le film a donné l’idée à Lorna de reproduire l’une des scènes jouées par Daniel Craig 🙂

 


Nous avions quartier libre pour l’après-midi, avec Remco, Jane et Lorna nous avons décidé de marcher un peu sur le Star Track. Vu le vent très fort qu’il y avait à ce moment-là, on nous avait fortement déconseillé d’aller jusqu’au bout. Les rafales de vent étaient à près de 80km/h. Nous avons donc marché près de 45 minutes (lentement, en faisant des pauses photo) sur ce sentier d’environ 3km qui relie La Residencia à la plateforme des télescopes, avant de faire demi-tour.

 

Le Star Track est aussi utilisé par certains courageux qui veulent faire un peu d'exercice physique tout en rejoignant leur poste de travail :)

Le Star Track est aussi utilisé par certains courageux qui veulent faire un peu d’exercice physique tout en rejoignant leur lieu de travail 🙂

 

En fin d’après-midi, nous sommes allé visiter VISTA (Visible and Infrared Survey Telescope for Astronomy). C’est un télescope grand champ situé au sommet d’une crête, à environ 1,5km de la plateforme. VISTA permet de cartographier le ciel dans les domaines du visible et de l’infrarouge. Il s’agit du plus grand télescope de sondage au monde, avec un miroir principal de 4,10 mètres de diamètre.

 

Jane et Neil ont posé devant VISTA, une contribution à l'ESO de la Grande-Bretagne

Jane et Neil posent devant VISTA, une contribution de la Grande-Bretagne à l’ESO

 

Installé au foyer cassegrain du télescope, se trouve VIRCAM (VISTA InfraRed CAMera), un appareil photo de 67 Millions de Pixels.

 

L'appareil photo VIRCAM au foyer Cassegrain de VISTA

L’appareil photo VIRCAM au foyer Cassegrain de VISTA

 

Je veux bien leur emprunter l'écran à flat que l'on aperçoit au plafond :)

Question pour les astrophotographes qui me lisent : qui a remarqué l’écran à flat sur cette photo ?

 

La plateforme du VLT vue depuis VISTA

La plateforme du VLT vue depuis VISTA

 

Après cette visite très sympa de VISTA, nous sommes retournés sur la plateforme pour assister à l’ouverture des télescopes.

 

Ouverture du dôme de Yepun (UT4)

Ouverture du dôme de Yepun (UT4)

 

Le dôme est ouvert, mais la protection contre le vent (les lames metalliques horizontales) restera fermée.

Nous ressortons alors à l’extérieur pour assister à l’ouverture des autres télescopes. La vidéo ci-dessous montre quelle est la vitesse normale d’ouverture. Et je ne vous ai pas menti concernant le vent, vous allez l’entendre 🙂

 

 

Dans la vidéo ci-dessous, vous pourrez voir plusieurs timelapses que j’ai réalisés, dont un sur l’ouverture des télescopes ce soir-là.

 

 

Ce soir-là nous avons pu de nouveau observer le ciel en utilisant l’UT5 qui nous avait permis de voir le transit de Mercure. J’avais une fois de plus installé mon appareil photo en mode timelapse, ce qui m’a permis d’observer au télescope sans trop me soucier de mon appareil photo.

La soirée avec le télescope touchant à sa fin, j’ai continué à errer un peu autour de la Residencia pour prendre quelques photos. C’était notre premier soir sans nuages et le dernier passé à Paranal. C’était la première fois que je voyais la Voie Lactée aussi haute dans le ciel sans aucune pollution lumineuse. De plus, le ciel austral avec ses deux galaxies naines (le petit et le grand nuage de Magellan), son centre de la Voie Lactée et sa nébuleuse de la Carène est beaucoup plus sympa (à mon avis) que notre ciel de l’hémisphère nord. Cela aurait été dommage de ne pas en profiter

 

La Residencia de nuit

La Residencia et les télescopes de nuit, sous la surveillance de Jupiter et Arcturus

 

La Voie Lactée et une étoile filante

La Voie Lactée, le Grand Nuage de Magellan et une étoile filante. Au-dessus du bulbe de la Voie Lactée se trouvent trois points lumineux en forme de triangle : Mars (en haut), Antares (dessous à droite) et Saturne (à la gauche d’Antares). La Croix du Sud, la constellation que l’on retrouve sur le logo de l’ESO, est visible. L’avez-vous trouvée ?

 

Le lendemain nous avons mis le cap sur San Pedro de Atacama, environ six heures de route à travers le désert d’Atacama. Je dois avouer que quitter Paranal a été un petit déchirement pour moi, j’en avais gros sur le cœur.

 

Un dernier regard sur La Residencia avant de partir pour de nouvelles aventures

Un dernier regard sur La Residencia avant de partir pour de nouvelles aventures

 

Le jour suivant notre arrivée à San Pedro nous sommes allé visiter ALMA. C’était toute une aventure, comme je l’ai racontée dans cet article de blog.

 

Voilà, ainsi se termine le récit de ce voyage qui a été exceptionnel à tout point de vue. Peu de personnes ont la chance de pouvoir visiter ces haut-lieux (littéralement !) de l’astronomie. Cela restera un voyage inoubliable. Comme je le disais au-début de mon précédent article, je ne rêve que d’une chose : pouvoir y retourner. Allez, ce sont bientôt les Perseïdes (le pic est le 12-13 août), je saurai quel vœu faire cette année 🙂
Pour en voir plus…

  • Vous pouvez relire la 1ère partie de mon récit de notre visite à Paranal ainsi que le récit de la journée passée à ALMA.
  • Cristian a réalisé une série de vidéos, c’est en portugais, mais les images parlent d’elles-même. Vous pouvez regarder cette première vidéo sur La Residencia et la suivante sur la plateforme du VLT
  • De manière générale, vous pouvez retrouver les autres vidéos sur youtube en suivant le hashtag #MeetESO
  • Mes photos sont dans un album #MeetESO sur Flickr
  • Mes photos et celles des autres participants sont dans le groupe #MeetESO sur Flickr
  • Les Storify de Remco, il a compilé les tweets les plus intéressants pour en faire une histoire. Notamment le Jour 3

 

 

 

Partage...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on Pinterest

Laisser un commentaire