Mission Rosetta, la sonde s’est réveillée d’un long sommeil

C’est à 19h17 CET que le signal tant attendu est arrivé. La sonde Rosetta qui vient de passer 31 mois en hibernation a réussi à se réveiller. L’attente a été longue. La fenêtre de réception du signal commençait à 18h30. C’est donc pendant près de 45mn que la sonde, qui se trouve à plus de 800 millions de km de la Terre, a joué avec nos nerfs.

 

Les visages sont tendus à l'ESOC. L'attente de la réception du signal a été longue (Crédits : ESA TV)

Les visages sont tendus à l’ESOC. L’attente de la réception du signal a été longue (Crédits : ESA TV)

 

Puis ce fut l’explosion de joie dans la salle de contrôle de l’ESOC (le centre des opérations de l’ESA à Darmstadt, Allemagne, qui est en charge de piloter les satellites et autres sondes de l’ESA envoyés dans le système solaire).

 

20 Janvier 2014, joie et soulagement dans la salle de contrôle de l'ESOC après la réception du signal de réveil de Rosetta

20 Janvier 2014, joie et soulagement dans la salle de contrôle de l’ESOC après la réception du signal de réveil de Rosetta (Crédits : ESA)

 

Le signal devait produire un pic sur une courbe affichée sur un écran géant de la salle de contrôle. Tous les regards étaient tournés vers cet écran. L’ESA envisageait déjà de devoir refaire un cycle de réveil demain. Mais finalement le signal est arrivé.

 

Le pic dans la courbe correspond au signal envoyé par Rosetta, la sonde est réveillée (Crédits : ESA TV)

Le pic dans la courbe correspond au signal envoyé par Rosetta, la sonde est réveillée (Crédits : ESA TV)

 

Ce qu’il va se passer pour Rosetta maintenant : les contrôleurs de l’ESA vont lui envoyer ses premières instructions. Au cours des mois qui viennent, les différents instruments de la sonde et de son orbiteur vont être testés afin de vérifier qu’ils fonctionnent toujours. Courant mai, la sonde va effectuer une série de manœuvres pour se retrouver dans le sillage de la comète et ajuster sa vitesse et sa trajectoire à celle de Churyumov-Gerasimenko. Les premières photos de la comète seront prises à ce moment-là, mais elles ne seront pas plus grosses qu’un pixel d’après Francis Rocard, planétologue au CNES. En effet, à un million de kilomètres de la comète, celle-ci sera minuscule dans le champ de vision de Rosetta. Les premières images détaillées de la comète sont attendues pour fin juillet. La mise en orbite de la sonde, quant à elle, aura lieu en août.

Pendant qu’elle sera en orbite, plusieurs mois, Rosetta va cartographier le noyau de la comète et va tenter de trouver un lieu d’atterrissage pour Philae. Cinq lieux seront déterminés et les scientifiques choisiront le plus adéquat. Comme Les scientifiques ne savent pas à quoi s’attendre concernant le sol de la comète, ils ne peuvent donc pas anticiper cette étape.

L’atterrisseur Philae se posera, quant à lui, à la surface de la comète en novembre. (Voir l’article précédent concernant l’atterrissage)

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.