L-278 : La vie d’astronaute : passer la journée allongé et appeler cela de l’entraînement !

L-278 : Mercredi 19 février 2014

L’une des bonnes choses du métier d’astronaute est que vous pouvez vous allonger sur le dos toute la journée et appeler cela de l’entraînement. Aujourd’hui j’ai passé huit heures allongée dans un siège de Soyouz : d’abord pour une simulation de quatre heures, puis pour un amarrage manuel et finalement pour une descente manuelle. En général nous nous entraînons pour cette dernière dans un siège normal, mais cette semaine le panneau de contrôle est installé dans la centrifugeuse pour les examens du prochain équipage au départ, tout comme cela était déjà arrivé dans cet article : L-423 : La descente doit être raide, mais pas trop.

 

Samantha aux commandes d'un simulateur Soyouz

Amarrage manuel (Crédits : GCTC)

 

Pour notre dernière séance de simulateur de ce voyage d’entraînement à Star City, Anton, Terry et moi avons effectué plusieurs fois le rendez-vous avec l’ISS : une fois basée sur le rendez-vous rapide de quatre orbites et une fois basée sur l’ancien profil de deux jours. Les premiers équipages qui ont volé avec le nouveau schéma rapide l’année dernière ont dû passer les examens sur les deux profils. Maintenant, le rendez-vous rapide est devenu officiellement le mode nominal, donc nous n’aurons qu’un examen portant sur l’ascension et le rendez-vous et nous l’effectuerons comme lors d’un vrai jour : nous commencerons par le profil quatre orbites et nous nous tiendrons prêts à faire la transition vers la solution de rechange de deux jours si un dysfonctionnement nous forçait à le faire. Cela pourrait être un problème avec l’ordinateur, avec les mises à feu du moteur ou avec la détermination depuis le sol du vecteur d’état – ou vraiment n’importe quel problème, petit ou grand, sur lequel Moscou aimerait avoir le temps de travailler avant de nous envoyer sur une trajectoire en direction de la Station.

C’est ainsi que se termine ce voyage à Star City. Assez incroyablement, la prochaine fois que je serai en Russie ce sera pour quelques entraînements finaux, puis les examens de certification en tant qu’équipage de rechange de Maksim, Reid et Alex. Puis après cela j’irai au Kazakhstan pour voir le lancement de ces gars – et être prête pour le cas extrêmement peu probable où nous devrions partir à leur place. J’ai du mal à croire que cela va venir si vite.

Cela va me manquer de ne pas piloter le Soyouz au cours des six prochaines semaines, mais j’aurai d’autres entraînements intéressants qui me tiendront occupée à Tsukuba, Houston et Cologne. Prochain article du journal, lundi depuis le Japon !

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien qui la mènera au jour de son lancement, pour le moment prévu le 24 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. Toutes les photos postées sont sa propriété et proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.