L-238 : De retour à l’EAC pour un peu de science

L-238 : Lundi 31 mars 2014

Après avoir parcouru une « orbite lente » autour de la Terre ces deux derniers mois, je suis maintenant de retour au Centre des Astronautes Européens à Cologne pour des formations sur les expériences et des examens médicaux.

Aujourd’hui j’ai eu une présentation du Système de Fonction Pulmonaire portable (Pulmonary Function System, PFS), un équipement intéressant qui permet l’analyse des gaz expirés par un sujet. Dans certaines configurations le sujet respire l’air de la cabine, dans d’autres il/elle respire un mélange de gaz connus qui comprend un gaz de traçage métaboliquement inerte. Le PFS est nécessaire pour la nouvelle expérience de l’ESA « Airway Monitoring » (surveillance des voies respiratoires), qui devrait commencer au cours de mon séjour dans l’ISS. Le protocole utilise de l’oxyde nitrique (expiré ou diffusé dans le sang) en tant que biomarqueur pour l’inflammation des voies respiratoires et vise à observer l’effet produit par la microgravité et la pression partielle : pour cette dernière, en particulier, deux sujets seront isolés dans le sas de sortie et la pression sera réduite à environ 10 PSI. C’est un champ d’études tout nouveau qui promet un bon aperçu des processus d’échange de gaz dans les poumons et des effets de l’environnement spatial sur le système respiratoire.

Samantha Cristoforetti s'entraîne sur l'expérience Skin-B avec Laura

Formation sur l’expérience Skin-B avec Laura (Crédits : ESA/Grotheus)

J’ai également eu un cours sur l’expérience Skin-B, qui se focalise plutôt sur le processus de vieillissement de la peau. De façon générale la Station Spatiale est un super endroit pour en apprendre davantage sur le vieillissement, car malheureusement de nombreux systèmes du corps, y compris la peau, subissent un vieillissement accéléré dans l’espace. L’expérience Skin-B observera cela avec un protocole rapide impliquant des photos et des mesures du niveau d’hydratation et de la diffusion de l’eau dans la peau (qui indique une détérioration de la fonction barrière de la peau). Demain, les chercheurs principaux seront là pour une séance de collecte de données de base : Je suppose que je vais connaître le véritable « age » de ma peau – au moins sur la partie de mon avant-bras.

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien qui la mènera au jour de son lancement, pour le moment prévu le 24 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. Toutes les photos postées sont sa propriété et proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.