L-242 : S’entraîner à réagir en cas de pannes de combinaisons pendant les sorties spatiales

L-242 : Jeudi 27 mars 2014

Je suis de retour ! Je suis vraiment désolée pour l’interruption du journal de bord, mais ces deux dernières semaines ont vraiment été occupées ici au Centre Spatial Johnson – un emploi du temps intense rempli de nombreuses sortes d’événements : robotique, expériences, révisions sur les systèmes, opérations photo/TV, simulations de cas d’urgences, scénarios de fuites, examens médicaux, collectes de données de base pour les recherche de physiologie humaine auxquelles je participerai.

En plus de cela, beaucoup de classes EVA : familiarisation avec du matériel haute-fidélité, réactions à la maladie de décompression, réactions à une contamination d’ammoniaque et un peu de temps sous l’eau. Terry et moi avons eu deux séances en combinaison au NBF (Neutral Buoyancy Faility, installation de flottabilité neutre). Dans la première nous avons simulé le remplacement de l’effecteur du bras robotique, dans la secondes nous avons travaillé sur le Flex Hose Rotary Coupler (FHRC), une unité qui permet le transfert de l’ammoniaque des poutres stationnaires vers les radiateurs rotatifs. Le FHRC est l’une des unités les plus difficiles à remplacer pendant une sortie spatiale. En fait, le remplacement complet prendrait probablement quatre EVA. Dans le bassin nous avons seulement pratiqué l’EVA numéro 3, la récupération de l’unité de secours et son installation, ce qui implique l’accouplement de nombreux connecteurs électriques et de fluides dans la poutre. C’était également notre évaluation EVA officielle et nous l’avons réussie tous les deux !

Samantha Cristoforetti travaille sur le DCM

Sur la photo vous pouvez voir un cours que j’ai eu aujourd’hui. Il fait partie d’une série d’événements dans lesquels nous révisons les schémas de la combinaison EMU avant de dérouler un certain nombre de scénarios de dysfonctionnements. L’instructeur peut entrer n’importe quelle panne dans le simulateur et nous obtenons les signatures correspondantes sur l’écran de l’Unité de Contrôle et d’Affichage (Display and Control Unit, DCM) qui est attaché à la zone de poitrine sur la vraie combinaison. Pendant une EVA nominale, vous n’auriez pas besoin de toucher au DCM à l’extérieur du sas de sortie, mais cela pourrait changer rapidement si la combinaison avait toute sorte de pannes, d’où ces occasions de se familiariser vraiment avec les réactions à avoir en cas de dysfonctionnement et tous les affichages et les commandes sur le DCM.

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien qui la mènera au jour de son lancement, pour le moment prévu le 24 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. Toutes les photos postées sont sa propriété et proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.