L-226 : De retour dans le simulateur Soyouz ! Et des moments passionnants sont à venir

L-226 : Samedi 12 avril 2014

Tout d’abord joyeuse Journée de la Cosmonautique ! Je ne peux pas imaginer me trouver aujourd’hui dans un endroit plus approprié qu’ici à Star City, là où tout a commencé. Et bien, je suppose que l’année prochaine ce sera encore mieux, vu que je serai dans l’ISS !

Mais il y a encore beaucoup d’entraînements à finir avant cela et les semaines à venir promettent d’être des moments passionnants. Pour moi c’est le « voyage de backup » en Russie : Reid, Alex et Maksim vont décoller le 28 mai et Terry, Anton et moi nous serons leurs ombres jusque là. Tout comme eux nous passerons les examens de qualification, nous participerons à toutes les traditions et à toutes les cérémonies de pré-lancement et nous irons à Baïkonour pour une quarantaine de deux semaines. Puis, je les regarderai s’envoler vers l’espace !

Anton Skaplerov et Samantha Cristoforetti à bord d'un simulateur SoyouzDonc, la semaine dernière j’ai repris ma « routine » Soyouz : j’ai fait plusieurs simulations de pilotage manuel (rendez-vous et amarrage ainsi que descente), pendant qu’hier Anton et moi étions de retour ensemble dans le simulateur Soyouz.

D’abord nous avons pratiqué la transition entre le profil de rendez-vous rapide nominal (du lancement à l’amarrage en six heures) et le profil de rendez-vous en deux jours. Si vous avez suivi le lancement du dernier Soyouz, vous savez que c’est une possibilité très réelle : le Soyouz 38S a eu un problème mineur avec l’une de ses mises à feu de moteur et ils ont dû interrompre le profil nominal pour finalement s’amarrer deux jours plus tard.

Dans notre simulation, cependant, après la transition nous avons également eu une fuite dans les conduites de pressurisation des réservoirs d’ergols : en gros nous perdions de la pression dans les réservoirs d’hélium qui pressurise notre carburant et notre oxydant, de sorte qu’ils coulent vers la chambre de combustion lorsque les vannes appropriées sont ouvertes. Pas de pression, pas de mise à feu des moteurs ! Donc nous avons dû immédiatement engager une descente d’urgence, avant que la pression ne devienne trop basse.

C’était une simulation de révision sympa en attendant que Terry nous rejoigne la prochaine fois. J’ai mis en lien une photo d’Anton et moi que Terry a prise il y a quelque temps… avec une certaine liberté artistique.

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien qui la mènera au jour de son lancement, pour le moment prévu le 24 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. Toutes les photos postées sont sa propriété et proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.