L-130 : Au revoir doux-amers et tampons absorbants

L-130 : Jeudi 17 Juillet 2014

Hier c’était le jour des au revoir… des au revoir très spéciaux. Combien de fois avez-vous l’occasion de dire « On se voit dans l’espace dans quelques mois ? »…

D’abord, Terry et moi avons dit au revoir à Butch après un dernier cours de robotique ensemble… la prochaine fois, nous le verrons en novembre dans le MRM1, le module de la Station Spatiale où nous amarrerons notre Soyouz. Plus tard dans l’après-midi, Sasha et Elena sont venus nous dire au revoir, et ils ont dit en plaisantant que nous les verrons au « contrôle douanier » avant d’être autorisé à entrer dans la Station.

Ces personnes ont fait partie de mon monde pendant des années – chaque fois que j’étais à Houston, en Russie, en Europe ou au Japon, en fonction de nos emplois du temps respectifs, au moins l’un d’eux pouvait être « en ville » au même moment. Et bien, nous ne serons plus en ville ensemble avant de nous retrouver dans l’espace.

Butch, Elena et Sasha vont partir en septembre, donc je m’attendais à ce que ce moment arrive vite. Mais assez bizarrement, il semble que j’ai aussi dit au revoir à Scott, que je reverrai dans la Station lorsqu’il nous rejoindra en mars prochain. Si nous nous sommes bien souvenu de nos emplois du temps, nous allons nous croiser pendant les quatre prochains mois autour de la planète, arrivant « en ville » quand l’autre viendra juste de partir.

En plus de donner des étreintes douces-amères, j’ai eu une journée complète de formation hier avec de nombreuses activités courtes allant de la formation radio-amateur à la formation robotique, de l’imagerie rétinienne au dépannage réseau. Une formation très « différente » que j’ai suivie a été l’entraînement à la sensibilité au HAP. Le HAP est le tampon absorbant que nous mettons maintenant dans le casque d’une combinaison spatiale pour aider à atténuer le risque d’une fuite d’eau, comme celle qui est arrivée à Luca l’année dernière.

De même que notre calendrier EVA inclut un contrôle des gants pour vérifier périodiquement qu’ils ne sont pas endommagés, nous avons maintenant des contrôles HAP. Il est demandé aux membres d’équipage de « sentir » le HAP à l’arrière de leur tête et signaler tout changement. Pour avoir une idée de ce que l’on ressent lorsqu’on a le HAP chargé avec différentes quantités d’eau, nous avons maintenant cet entraînement à la sensibilité au HAP. Nous avons progressivement ajouté de l’eau. A environ 150-200 ml, j’avais la certitude que je serais capable de sentir qu’il y a un fluide dans le HAP. Puis nous sommes allés jusqu’à la capacité maximale – environ 600 ml et c’est ce que vous voyez sur la photo. Le HAP s’épaissit considérablement à ce stade et pousse vraiment votre tête vers l’avant du casque.

 

L-130 - Samantha Cristoforetti teste la sensibilité au HAP

 

Bien sûr nous ne le laisserions pas aller si loin. Nous avons maintenant des procédures en place pour stopper l’accumulation d’eau dans le casque !

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien qui la mènera au jour de son lancement, pour le moment prévu le 24 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. Toutes les photos postées sont sa propriété et proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.