L-142 : Fuite d’ammoniac ? Voici d’où ça pourrait venir…

L-142 : Samedi 5 Juillet 2014

Comme je vous l’ai dit dans le précédent article du journal de bord, c’est la période des simulations d’urgences pour nous. Après celles avec l’Expédition 42 la semaine dernière, ce sera celles avec l’Expédition 43 la semaine qui vient. L’objectif est de pratiquer les interventions d’urgence avec chacune des deux combinaisons d’équipage au complet, soit six personnes.

Encore plus que pour un incendie et une dépressurisation, le seul scénario qui exige une intervention immédiate sans plaisanter est la fuite d’ammoniac dans la cabine. Si vous vous demandez d’où arrive cet ammoniac, voici un petit historique sur la conception de l’ISS. Tous les équipements que nous avons à bord génèrent beaucoup de chaleur, dont nous devons en quelque sorte nous débarrasser. C’est pourquoi nous avons des conduites de refroidissement courant partout dans la Station : l’eau de ces conduites recueille la chaleur via les plaques froides et les échangeurs de chaleur de la cabine. Dans les conduites nous avons des échangeurs de chaleur interface, dans lesquels la chaleur circule des conduites de refroidissement internes vers les conduites externes. Et dans ces dernières, vous l’avez deviné, nous avons de l’ammoniac. Deux pompes externes s’assurent que l’ammoniac circule des échangeurs de chaleur, où la charge thermique est recueillie, vers les gros radiateurs de la Station, où la chaleur est rejetée dans l’espace.

Donc, maintenant vous savez qu’il y a une interface entre les conduites d’ammoniac externes et les conduites d’eau internes. Que se passe-t-il s’il y a une rupture dans cet interface, l’échangeur de chaleur ? Et bien, comme les conduites externes sont à une pression plus élevée, il est probable que l’ammoniac s’écoulerait dans la cabine.

L’ammoniac est extrêmement toxique et a une odeur très distinctive. Cependant, si la fuite est suffisamment petite, le système d’auto-détection de la Station, ou encore le sol pourrait le remarquer en premier en observant une augmentation de la quantité de liquide dans les accumulateurs du système de refroidissement : puisque nous n’avons pas ajouté d’eau, une augmentation de la quantité doit provenir de l’ammoniac.

C’est ainsi que notre scénario a démarré la semaine dernière : un appel du sol qui répétait ce message sur toutes les fréquences : « Fuite d’ammoniac, exécutez les interventions d’urgence ! Fuite d’ammoniac, exécutez les interventions d’urgence ! »

 

Crédits : ESA/S.Corvaja

Crédits : ESA/S.Corvaja

 

Je vous dirai la prochaine fois à quoi ressemblent ces interventions… mais cela a beaucoup à voir avec les deux types de masque que vous voyez sur la photo (Photo : ESA/S. Corvaja)

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien qui la mènera au jour de son lancement, pour le moment prévu le 24 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. Toutes les photos postées sont sa propriété et proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.