L+157, L+158 : Plus qu’un week-end à passer dans la Station

L+157, L+158 : Mercredi 29, Jeudi 30 Avril 2015
(écrit par Sam le Lundi 4 Mai)

Un autre week-end est fini, il ne m’en reste plus qu’un dans la Station. Le grand événement du week-end était bien sûr le premier brassage du café espresso, que nous pouvons même maintenant apprécier dans des tasses ZeroG imprimées en 3D… Je vous en parlerai dans un autre article, promis.

Pour le moment, je dois encore rattraper les activités de la semaine dernière !

Mercredi c’était le jour où nous avons crié victoire pour le déchargement du Dragon… et où nous sommes passés en douceur au combat suivant : emballage et chargement !

Comme vous vous en souvenez peut-être, nous avions fait un petit peu de pré-emballage avant que le Dragon ne se montre, pré-étiquetant les sacs dans l’extrémité avant du Node 2 avec une jolie étiquette verte « Retour SpX-6 » et un numéro unique. Maintenant il est temps de remplir ces sacs avec plus d’articles à renvoyer et, bien sûr, préparer beaucoup plus de sacs.

 

L+158 Samantha au milieu des sacs du Dragon SpX-6

 

C’est sympa de pouvoir commencer à charger des choses dans le Dragon. Avec à la fois la cargaison nouvellement arrivée et la cargaison qui sera renvoyée et qui est à l’heure actuelle stockée dans l’ISS, la situation logistique peut être difficile : dans le PMM, notre module de stockage, la plupart des façades avant des racks sont recouvertes par de gros sacs fixés par des élastiques, donc accéder aux vrais compartiments de rangement pour y prendre des choses demande beaucoup de travail et de patience !

Quant à la science, mercredi et jeudi j’ai travaillé principalement sur l’expérience en cours TripleLux-A et sur la dernière séance de Cardio-Ox. Au fait, Cardio-Ox est la version courte de son intitulé. Si vous êtes curieux concernant l’intitulé complet de l’expérience, le voici : « Définir la Relation entre les Biomarqueurs de Stress Oxydatif et Inflammatoire et le Risque d’Athérosclérose chez les Astronautes Pendant et Après un Vol Spatial de Longue Durée ». (En anglais : Defining the Relationship Between Biomarkers of Oxidative and Inflammatory Stress and the Risk for Atherosclerosis in Astronauts During and After Long-duration Spaceflight., NdlT)

Si vous avez eu la patience de lire jusqu’à la fin, le nom dit vraiment tout ! Il est raisonnable de supposer qu’en raison de l’exposition aux rayonnements, de l’apport alimentaire modifié, de l’activité physique réduite et d’un environnement global stressant, les vols spatiaux peuvent entraîner un niveau accru de stress oxydatif et d’inflammation.

Ces deux conditions indésirables peuvent être indirectement mesurées en déterminant la concentration de certaines molécules dans le sang et l’urine : ces molécules ce sont les « biomarqueurs » du titre de l’expérience. Donc, le premier résultat de l’expérience est de quantifier réellement le stress oxydatif et l’inflammation et à cette fin j’ai fourni plusieurs échantillons de sang et d’urine pendant la mission.

Mais la deuxième partie est : comment le stress oxydatif et l’inflammation est en corrélation avec le risque d’athérosclérose ? Pour déterminer cela, j’ai réalisé plusieurs échographies guidées à distance de mes artères carotides et brachiales, à la recherche de changements structurels et fonctionnels qui sont considérés comme de bons indicateurs du risque d’athérosclérose. D’ailleurs, il s’agit d’une étude à long terme : la dernière session post-vol se fera cinq ans après le vol.

Pas sûre que je serai toujours en train d’écrire des journaux de bord à ce moment-là, mais juste au cas où, si vous êtes curieux, cherchez cette entrée R+1825 !

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti, astronaute italienne de l'ESA, qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien relatant son entraînement pour sa mission spatiale à bord de l'ISS. Samantha s'est envolée de Baïkonour à bord d'une fusée Soyouz le 23 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. 
Auch auf Deutsch, en Español, и Русский
Toutes les photos postées proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.