Sarah Brightman renonce à son vol, rehausse de l’ISS et échec d’une fusée Proton

Quelques petites infos rapides sur les événements qui se sont déroulés la semaine passée.

Sarah Brightman renonce à son vol

Crédits : Space Adventures

Crédits : Space Adventures

Sarah Brightman, la soprano britannique a annoncé mercredi dernier qu’elle devait reporter son vol à destination de l’ISS pour des raisons familiales. La chanteuse, qui avait payé son voyage près de 52 millions de dollars (45,6 millions d’Euros) devait quitter la Terre à bord du Soyouz TMA-18M avec le Russe Sergey Volkov et l’astronaute de l’ESA Andreas Mogensen. Son départ dans l’espace était planifié pour début septembre 2015 et son vol devait durer 10 jours. Elle s’était entraînée depuis plusieurs mois au Centre Gagarine d’Entrainement des Cosmonautes à Star City, dans la banlieue de Moscou. En janvier, le début de son entraînement avait cependant été reporté de quelques jours afin que la touriste spatiale puisse se rendre au chevet de sa maman malade.

A l’heure actuelle on ne sait pas encore qui la remplacera à bord du Soyouz TMA-18M, cela sera décidé fin mai par une commission interdépartementale russe.

D’après l’agence de presse russe TASS et le site spaceflightinsider, trois possibilités sont envisagées :

– Un autre touriste spatial : l’entrepreneur japonais Satoshi Takamatsu s’entraînait en même temps qu’elle à Star City, mais son contrat ne prévoit pas de vol spatial. Il voulait seulement vivre l’expérience d’un entraînement d’astronaute. Les médias parlent également du millionnaire russe Filaret Galchev.

– Un nouvel astronaute russe. TASS cite notamment Sergey Prokopyev, dont le vol est normalement prévu en septembre 2017.

– Spaceflightinsider mentionne « une autre source » disant que le siège vacant pourrait servir à transporter 100kg de cargaison supplémentaire à bord de l’ISS suite à la perte du cargo Progress M-27M.

Parmi les membres d’équipage du Soyouz TMA-18M, Sergey Volkov restera à bord de l’ISS pour une mission de six mois. Andreas Mogensen et la personne qui occupera le troisième siège reviendront à Terre à bord du Soyouz TMA-16M piloté par Gennady Padalka. Le cosmonaute russe est à bord de l’ISS depuis Mars. Il est le pilote du Soyouz qui avait transporté l’américain Scott Kelly et le russe Mikhail Korniyenko qui restent à bord de la Station pour une mission d’un an.

Rehausse de la Station par le Progress M-26M

Progress M-23M lors de son départ de l'ISS le 21.07.2014 (Crédits : Oleg Artemyev/Roscosmos)

Progress M-23M lors de son départ de l’ISS le 21.07.2014 (Crédits : Oleg Artemyev/Roscosmos)

Samedi matin, 16 mai, à 1h14 UTC, le vaisseau Progress M-26M devait rehausser l’altitude de la Station Spatiale, mais ses moteurs ne se sont pas allumés à l’heure prévue. C’est vraisemblablement dû à un problème avec le système de contrôle du Progress qui a annulé l’allumage de ceux-ci.

Un deuxième essai a eu lieu ce matin à 3h30 heure de Moscou (0h30 UTC), cette fois-ci avec succès. D’après Ria Novosti, les moteurs ont été allumés pendant 1922 secondes (environ 32 minutes) et L’orbite de l’ISS a été rehaussée d’environ 2,8 km pour atteindre 405km en moyenne.

Cette rehausse était nécessaire afin de créer des conditions optimales pour le prochain retour sur Terre du Soyouz TMA-15M prévu mi-juin (avec Samantha Cristoforetti, Anton Shkaplerov et Terry Virts à son bord) et le lancement d’un autre vaisseau cargo Progress début juillet.

Huit moteurs auraient dû être allumés lors de la première tentative, seuls quatre ont été mis en marche pour la deuxième. Pour compenser, les moteurs ont donc dû travailler plus longtemps qu’initialement prévu.

 

Echec d’une fusée Proton-M

Fusée Proton-M avec le satellite MexSat-1 à son bord le 16 Mai 2015. (Crédits : Roscosmos)

Fusée Proton-M avec le satellite MexSat-1 à son bord le 16 Mai 2015. (Crédits : Roscosmos)

Toujours samedi matin, à 5h47 UTC, une fusée russe Proton-M a décollé de Baïkonour avec à son bord un satellite de communication mexicain, Mexsat-1.

Une minute avant que le satellite ne se sépare du troisième étage « Briz-M » de la fusée, la télémétrie a été perdue. Le satellite ne s’est pas séparé de la fusée et les deux engins sont retombés sur Terre, se consumant en partie dans l’atmosphère. Les débris qui auront survécu à la rentrée atmosphérique sont probablement tombés du coté de Tchita, une ville située au sud-est de la Sibérie (proche de la Mongolie et de la Chine) mais rien n’a encore été retrouvé.

Un rapport préliminaire sur les causes de l’accident devrait être publié dans deux semaines, le temps de décoder et d’étudier les données de télémétrie.

Depuis 2010, la fusée Proton essuie un échec par an. En un peu plus de cinq ans, cette fusée a subit six échecs et un échec partiel (satellite placé initialement sur une mauvaise orbite).

Pour en savoir plus, je vous invite à lire cet article sur le blog Rêves d’Espace

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.