L+200 : Dire au revoir à l’ISS et à nos amis – 2ème Partie

Ceci est la seconde entrée d’une série de journaux qui reviennent sur le départ, l’atterrissage et la réadaptation !

L+200 : 11 Juin 2015

(écrit par Samantha le 3 Septembre 2015)

Malgré l’emploi du temps chargé avant le départ, j’ai trouvé le temps pour un dernier tour de la Station Spatiale : juste flotter rapidement, en essayant de m’en imprégner et de la fixer dans ma mémoire. Oh, et un dernier vol à travers le Lab, en poussant sur les mains courantes juste de la bonne façon à une extrémité pour voler tout droit vers l’autre extrémité. Cela semble si naturel, ces premiers jours maladroits lorsque voler était un défi sont loin dans le passé.

J’ai jeté mes derniers articles de toilette dans le Node 3 et aussi quelques vêtements que j’avais laissés dans mon coin couchette, après quoi, je ne « possédais » plus que les vêtements que je portais. Je me suis déconnectée de mes ordinateurs personnels : si quelqu’un m’écrit un email dans l’espace à partir de maintenant, je ne le lirai jamais, puisque je n’aurai plus jamais accès à cette adresse email de nouveau. J’ai jeté un dernier coup d’œil à Columbus, pour m’assurer que je le laissais en bon état. Stupide dans un sens, je n’ai pas plus de responsabilités officielles pour Columbus que j’en ai pour d’autres endroits de la Station, mais j’imagine que je me suis toujours sentie un peu en charge de ce morceau d’Europe dans l’Espace. Finalement, j’ai montré à Scott où il pouvait trouver ce qu’il restait de ma nourriture bonus. Il y a quelque jours, je suis arrivée à court d’huile d’olive : j’imagine qu’il est vraiment temps de partir.

A 6 heures du matin, j’ai rejoint Anton dans le Soyouz pour réaliser quelques vérifications et quelques tâches d’activation. Tout s’est passé en douceur et rapidement. Puis il était temps de stocker de l’eau et des snacks de dernière minute dans le module orbital du Soyouz, vérifier que toutes les check-lists étaient présentes et attendre l’heure de la fermeture de la trappe, vers 7 heures.

Nous avions fait nos adieux hier soir, en prenant notre temps pendant le dîner, mais c’était quand même un moment intense lorsque nous avons échangé nos dernières accolades avec Scott, Gennady et Misha. Encore plus, lorsqu’Anton et Gennady ont fermé les trappes. Pendant un moment, j’ai pris conscience du fait que la vie allait continuer à bord de l’ISS, mais nous n’en ferions plus partie. Mais il n’y avait pas de temps pour s’attarder sur cette pensée, à présent nous devions nous concentrer sur une rentrée en toute sécurité sur Terre. La chose sympa concernant les vols spatiaux c’est qu’il y a toujours une fermeture de trappe pour signaler clairement que quelque chose est terminé et qu’il est temps de se concentrer sur ce qui va suivre.

 

Samantha Cristoforetti Anton Skhaplerov Terry Virts fermeture trappe Soyouz

 

Première priorité : effectuer correctement et dans les temps toutes les opérations pré-départ, en commençant par le contrôle d’étanchéité des trappes du Soyouz et de la Station. Comme vous le devinez probablement, si vous avez suivi ce journal, pour faire cela nous avons besoin de dépressuriser le vestibule, l’espace situé entre les deux trappes. Pour plus de sécurité (si la trappe externe du Soyouz fuyait vraiment), nous avons tous regagné nos places dans le module de descente et avons fermé la trappe pour nous isoler du module orbital. Puis j’ai envoyé la commande pour ouvrir la vanne d’évacuation du vestibule et nous avons regardé la pression du vestibule descendre à presque zéro. Bien que nous étions encore solidement attachés à la Station Spatiale, il y avait maintenant du vide qui nous séparait de nos amis à l’intérieur. [A suivre]

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti, astronaute italienne de l'ESA, qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien relatant son entraînement pour sa mission spatiale à bord de l'ISS. Samantha s'est envolée de Baïkonour à bord d'une fusée Soyouz le 23 novembre 2014 et est rentrée sur Terre le 11 Juin 2015.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. 
Auch auf Deutsch, en Español, и Русский
Toutes les photos postées proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

Partage...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on Pinterest

Laisser un commentaire