Soyouz TMA-16M : Retour sur Terre d’Andreas Mogensen, Gennady Padalka et Aidyn Aimbetov

Dix jours, c’est le temps passé dans l’espace par Andreas Mogensen de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) et Aidyn Aimbetov de l’agence spatiale Kazakh (Kazcosmos) entre le moment de leur décollage le mercredi 2 septembre au matin et leur atterrissage dans les steppes du Kazakhstan, le samedi 12 septembre à 0:51 UTC. C’était leur premier vol spatial à tous les deux.

 

Samedi 12 Septembre 2015, atterrissage du Soyouz TMA-16M à 0:51 GMT  (Credit: ESA–Stephane Corvaja, 2015)

Samedi 12 Septembre 2015, atterrissage du Soyouz TMA-16M à 0:51 GMT
(Credit: ESA–Stephane Corvaja, 2015)

 

Ils sont redescendus samedi à bord du vaisseau Soyouz TMA-16M piloté par Gennady Padalka de l’Agence Spatiale Russe (Roscosmos). Celui-ci était arrivé à bord de la Station en mars dernier et au cours de sa mission, il a battu le record du temps cumulé passé dans l’Espace. Au moment de son retour, Gennady, 57 ans, a totalisé 879 jours en apesanteur au cours des cinq missions réalisées pendant sa carrière de cosmonaute : une mission de 199 jours à bord de la Station Mir en 1998 et les quatre suivantes à bord de l’ISS (188 jours en 2004, 199 jours en 2009, 124 jours en 2012 et 169 jours en 2015).  Le précédent record était détenu depuis 10 ans par son collègue russe Sergei Krikalev qui avait totalisé 803 jours au cours de 6 missions (3 missions Mir et 3 missions ISS).

Aidyn Aimbetov, 43 ans, est un cosmonaute Kazakh sélectionné en juin dernier pour remplacer la touriste spatiale britannique Sarah Brightman qui avait renoncé à effectuer son vol quelques semaines plus tôt.

C’était le premier vol spatial pour Aidyn qui avait été sélectionné en 2002 en compagnie d’un autre collègue, Mukhtar Aimakhanov, parmi 2000 candidats. Mukhtar ayant décidé de rester en Russie et de prendre la nationalité russe en 2012, Aydin est maintenant le seul cosmonaute en activité de son pays. Au final, Aydin est le premier des deux à s’être envolé dans l’espace. Initialement il était prévu qu’il parte en 2017, il était donc à jour dans sa formation et en mesure de remplacer rapidement Sarah Brightman.

Au cours des 10 jours, Aydin a réalisé une série de 10 expériences allant de l’étude des rayons gamma sur le corps des astronautes à l’exploration de la pollution dans la région de la mer Caspienne en passant par la dégustation de huit plats nationaux Kazakh pour en examiner les effets sur sa condition physique et ses performances à bord de l’ISS.

C’était également le premier vol spatial pour Andreas Mogensen, 38 ans, qui est le premier astronaute de nationalité danoise à s’envoler dans l’espace. Au cours des 8 jours passés à bord de l’ISS, Andreas avait un emploi du temps très serré. L’une de ses tâches, qu’il a déjà commencé à bord du vaisseau Soyouz pendant son voyage de deux jours, était de remplir quotidiennement un questionnaire de deux pages sur ses maux de tête. Il est fréquent que les astronautes souffrent de maux de tête pendant les quelques jours qui suivent leur arrivée en apesanteur : les fluides du corps ne sont plus attirés vers les jambes par la gravité et ils remontent au niveau de la tête, de plus le cerveau doit gérer beaucoup de choses dans ce nouvel environnement.

Parmi les autres expériences réalisées par Andreas on peut citer le SkinSuit, il s’agit d’une combinaison taillée sur mesure qui compresse la colonne vertébrale par un système d’élastiques incorporés. En apesanteur la taille des astronautes peut s’allonger de 7 centimètres, ce qui leur procure un inévitable mal de dos. La combinaison a pour but d’empêcher la colonne vertébrale de s’étirer et l’expérience vise à tester l’efficacité de cette combinaison.

 

Andreas Mogensen effectue deux expériences en même temps : SkinSuit et MobileHR (Crédits : ESA/NASA)

Andreas Mogensen effectue deux expériences en même temps : SkinSuit et MobileHR (Crédits : ESA/NASA)

 

Andreas a également piloté depuis l’espace un petit rover resté sur Terre aux Pays-Bas en utilisant un joystick à retour de force. Le rover, baptisé Centaur, devait notamment placer une vis dans un trou. Le but de cet exercice était de valider un contrôle robotique avancé pour de futurs programmes d’exploration spatiale. Avec un délai de transmission des commandes d’environ 800ms dû à la distance, la tâche n’était pas des plus facile. La tolérance n’était que de 150 micromètres.

 

 

Andreas est également parti à la chasse aux phénomènes lumineux transitoires , ces phénomènes météorologiques qui se produisent lors d’orages sont très furtifs et difficiles à capturer en photo. Il s’agit de décharges électriques qui se propagent à travers l’atmosphère au-dessus des nuages d’orage. Andreas a donc été chargé de faire des photos et des vidéos de nuages d’orages pour cette expérience baptisée Thor, du nom du dieu du tonnerre dans la mythologie nordique. Faisant partie de ces phénomènes lumineux, des sprites (farfadets en français) ont été photographiés fin août depuis l’ISS.

 

 

Une autre expérience, sans doute celle qui l’a occupé le plus longtemps est l’expérience MARES (Muscle Atrophy Research and Exercice System). Il s’agit d’un gros appareil bien encombrant qui est installé dans le laboratoire Columbus et dont le but est de mesurer, à l’aide d’électrodes, les muscles des astronautes pendant que ceux-ci font de l’exercice physique. La force musculaire décroit pendant les vols spatiaux et il est nécessaire de comprendre pourquoi cela se produit afin de préparer de futurs missions de longue durée. Andreas, aidé par son collègue Sergey Volkov, a donc installé la machine et Andreas l’a testée pour la première fois sur les muscles de ses hanches. Cette expérience s’est déroulée sur trois jours.

Je ne les ai pas toutes listées, Andreas a encore réalisé d’autres expériences. Si vous lisez l’anglais, vous pouvez en avoir un aperçu sur le blog de sa mission IRISS.

Pendant les 8 jours de la mission IRISS, la Station était habitée par neuf astronautes de cinq nationalités différentes, outre Andreas Mogensen, Aydin Aimbetov, leurs coéquipiers étaient :

  • Scott Kelly (NASA) et Mikhail Kornienko (Roscosmos), qui sont arrivés en mars 2015 à bord du Soyouz TMA-16M et redescendront à bord du Soyouz TMA-18M en mars 2016,
  • Oleg Kononenko (Roscosmos), Kimiya Yui (Jaxa) et Kjell Lindgren (NASA) qui sont arrivés à bord du Soyouz TMA-17M en Juillet 2015 et redescendront en décembre 2015,
  • Sergey Volkov (Roscosmos) qui est arrivé en même temps qu’Andreas Mogensen (ESA) et Aydin Aimbetov (Kazcosmos) et qui redescendra en mars 2016 avec les deux astronautes participant à la mission d’un an : Scott Kelly (NASA) et Mikhail Kornienko (Roscosmos)
  • et pour finir Gennady Padalka (Roscosmos) qui est arrivé en même temps que Scott Kelly (NASA) et Mikhail Kornienko (Roscosmos) et qui est reparti avec Andreas Mogensen (ESA) et Aydin Aimbetov (Kazcosmos).

Tout le monde suit ? 🙂

 

L'Expédition 44-45 au complet lors du passage de commandement entre Gennady Padalka et Scott Kelly (Crédits : NASA)

L’Expédition 44-45 au complet lors du passage de commandement entre Gennady Padalka (en rouge) et Scott Kelly (avec le micro) (Crédits : NASA)

 

Le nombre habituel d’occupants de la Station étant de six, il n’y a que six coins couchage à bord. Si vous vous demandez où a dormi Andreas pendant ses huit jours dans l’ISS, voici la réponse en vidéo (en danois, avec sous-titres en anglais)

 

 

Malgré neuf personnes à bord, trouver de la place autour de la table du repas ne semblait pas si difficile que ça. Voyez vous-même sur cette autre vidéo :

 

 

Après son retour sur Terre, qui s’est bien passé, Andreas est rentré directement à Cologne et a passé la première nuit dans le bâtiment Envihab du DLR pour y effectuer des contrôles médicaux.

Voici en vidéo un condensé du départ de l’ISS, du désamarrage et de l’atterrissage du vaisseau Soyouz.

 

 
Voici les photos de l’ensemble de la mission IRISS d’Andreas sur le compte Flickr de l’ESA

 

Andreas Mogensen / iriss

Le prochain astronaute de l’ESA à s’envoler à bord de l’ISS sera le britannique Tim Peake, normalement prévu le 15 décembre 2015. Il sera suivi, un an plus tard, par le français Thomas Pesquet. Affaire à suivre 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.