Formation de plongeur-sauveteur : quelque chose se cache sous la surface

Article par Thomas Pesquet

« Hilfe [1], Hilfe! »: Alors que nous nous préparons sur la jetée pour une plongée d’exploration dans le lac, Charly fait surface en panique et commence à battre frénétiquement des bras tout en essayant de se maintenir à flot. Ignorant qu’il était encore sous l’eau, nous devons réagir rapidement et efficacement : Tim va conduire l’intervention d’urgence de la rive, en rassemblant l’oxygène et l’équipement de premiers secours, et en appelant les services d’urgence, tandis qu’après un « buddy check » rapide mais approfondi nous sautons dans le lac avec Andy pour le sauvetage, nageant vers la victime tout en évaluant la situation et nous préparant à l’inattendu.

Vue habituelle en août dernier sur le lac Fühlinger près de Cologne : Andy, Tim, Thomas et l'équipe NBF de l'EAC dans un exercice de sauvetage (Credit : ESA)

Vue habituelle en août dernier sur le lac Fühlinger près de Cologne : Andy, Tim, Thomas et l’équipe NBF de l’EAC dans un exercice de sauvetage (Credit : ESA)

 

Bienvenue au lac Fühlinger, près de Cologne, en Allemagne, où les plongeurs et les instructeurs du Neutral Buoyancy Facility de l’ESA ont fait des ravages sur nous pendant trois jours, et où des plongeurs qui se baladent avec des équipements d’oxygène et AED[2] ou qui remorquent les autres jusqu’à la rive sont devenus un spectacle courant pour les touristes qui profitent du soleil de la fin août sur la plage et qui regardent paresseusement notre agitation avec une certaine perplexité.

Briefing pour la journée - s'attendre à l'inattendu

Briefing pour la journée – s’attendre à l’inattendu (Credit : ESA)

Nous sommes en cours de certification de plongeurs-sauveteurs, une qualification supplémentaire à notre actif qui, bien que n’étant pas directement liée aux tâches des vols habités, nous aidera à faire face à l’exigeante formation opérationnelle pour celles-ci. Que ce soit pour NEEMO (Voir les précédents articles de Tim), pour les entraînements de survie, pour CAVES (voir les articles d’Andreas), pour NOLS (voir l’article de Samantha), pour n’importe quel autre entraînement d’exploration ou simplement pour l’exécution d’EVA dans la piscine, nous sommes souvent confrontés à des environnements risqués et exigeants, où l’eau peut jouer un grand rôle. Bien qu’aucune agence spatiale au monde n’aimerait voir l’un de ses astronautes mis à mal, et de ce fait l’ESA prend la sécurité au sérieux, il vaut mieux être trop prudent et c’est bien d’être en mesure de fournir au personnes nous entourant (les plongeurs de sécurité, les instructeurs, les autres astronautes) le même niveau de sécurité que celui qu’ils nous fournissent.

Tentative d'empêcher une ascension rapide dans le NBF

Tentative d’empêcher une ascension rapide dans le NBF (Credit : ESA)

Nous voici donc, découvrant rapidement que Charly n’est pas le problème principal, puisqu’il reprend rapidement son souffle en suivant les instructions d’Andy pour gonfler son gilet, garder son détendeur dans la bouche et respirer calmement, tandis que je nage en direction de son dos, juste au cas où nous devrions prendre les choses en main et contrôler ses mouvements : la meilleure façon de le faire est de saisir son réservoir par l’arrière, et de le bercer entre nos propres jambes. Il nous dit bientôt qu’il a perdu Kathrin, sa camarade de plongée, et nous devrons ensuite la retrouver, étranglée par une chaîne ou bloquée sous une plate-forme quelque part dans les eaux boueuses.

Ansgar pris dans une chaîne sous l'eau, commence à paniquer... Cela ne fait-il pas réel ? (Credit : ESA)

Ansgar pris dans une chaîne sous l’eau, commence à paniquer… Cela ne fait-il pas réel ? (Credit : ESA)

Nous allons devoir, sans aucun doute, prévenir une montée de panique, l’évacuer vers la rive ou le bateau, lui fournir de l’oxygène, effectuer les insufflations de sauvetage, la réanimation cardiopulmonaire, et même la défibrillation tout en essayant de protéger le matériel et de prêter attention à chaque petit détail jusqu’à la prise en charge par le personnel d’urgence, qui vont baser leurs actions sur notre rapport exhaustif. Bien sûr, dans la réalité, les probabilités sont très minces que Charly, Kathrin ou n’importe quel autre plongeur du NBF (Neutral Buoyancy Facility) se retrouvent dans une telle situation : ce sont des plongeurs professionnels chevronnés et leurs compétences de plongeur ne sont probablement surpassés que par… leur compétences d’acteur ! Chaque scénario d’urgence a été soigneusement planifié par Hervé et son équipe, avec différentes options à dérouler, dépendantes de nos réactions (tout comme ces livres que je lisais parfois étant enfant : « Si vous choisissez de lancer un scénario de recherche sous-marine, rendez-vous à la page 28, si vous restez à la surface avec Andy et appelez à l’aide, rendez-vous à la page 87 »).

Nous faisons de notre mieux pour tenter de ressusciter l'infortunée victime (connue sous le nom de "Resusci Anne" notre mannequin mascotte) (Credit : ESA)

Nous faisons de notre mieux pour tenter de ressusciter l’infortunée victime (connue sous le nom de « Resusci Anne » notre mannequin mascotte) (Credit : ESA)

Si nous devions demander à un plongeur « inexpérimenté » (les plongeurs du NBF jouent le rôle de nos camarades avec sincérité) de prendre une trop grosse part à un sauvetage, il se mettrait lui-même en difficulté, ne faisant qu’empirer le scénario. Mais nous sommes maintenant préparés à cela après quelques jours de théorie, de révisions de nos compétences dans le NBF, et de familiarisation avec l’équipement. Nous réussissons à ne pas être trop pris par surprise même lorsque qu’on nous joue un vilain tour (« non non, seulement la moitié des plongeurs sont ici ce matin puisque aujourd’hui c’est seulement la plongée de familiarisation dans le lac : cela serait trop coûteux de les avoir tous ici tout le temps, tu sais… » et puis la serveuse du restaurant voisin arrive en courant, criant en allemand que quelque chose se passe mal au lac alors que nous sommes entrain de boire le café de 8 heures du mat’). Nous nous regardons avec un regard « Oh non pas encore » et nous commençons à réagir à la situation d’une façon structurée, essayant de nous servir de toutes les personnes et les choses disponibles pour maximiser la sécurité et les chances de succès du sauvetage.

Tim révisant ses compétences de sauvetage dans le bassin de flottaison neutre de l'EAC à Cologne (Credit : ESA)

Tim révisant ses compétences de sauvetage dans le bassin de flottaison neutre de l’EAC à Cologne (Credit : ESA)

Après neuf jours d’entraînement, allant de la salle de classe, à la piscine, à un environnement en eaux libres, nous avons fait face à presque toutes les situations concevables, des plus simples (défaillance de l’équipement, plongeur fatigué avec des crampes à la surface, etc) aux plus sérieuses (plongeur inconscient perdu sous l’eau, fractures des os). Mais même lorsque nous profitons du barbecue avec les plongeurs, après avoir reçu nos certificats à la fin du tout dernier jour d’entraînement, discutant comment ces compétences nous aideront pour les missions vers Mars ou un astéroïde, nous gardons un œil ouvert pour déceler quoi que ce soit d’étrange. J’essaye même de compter discrètement chaque plongeur à tout moment, car nous ne serions pas surpris si nous devions abandonner nos assiettes, nous préparer et courir en direction du lac au son d’appels au secours, dans le cas où nous aurions perdu la trace, ne serait-ce que pendant une minute, d’un seul d’entre eux…

L'équipe au complet profitant d'une pause bien méritée... gardons les yeux ouverts ! (Credit : ESA)

L’équipe au complet profitant d’une pause bien méritée… gardons les yeux ouverts ! (Credit : ESA)

 

[1] « Au secours » en allemand
[2] Automated External Defibrillator = Défibrillateur Externe Automatisé

 

Cet article a été écrit par Thomas Pesquet, l’un des six astronautes recrutés par l’Agence Spatiale Européenne en 2009. Leur groupe a été baptisé les Shenanigans. Vous pourrez lire la version originale de cet article en anglais sur le site de l’ESA ici : Rescue diver training : something is lurking beneath the surface

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.