AuroraTweetup, Jour 2 !

L'hotel Wilderness (Crédits : cpamoa)

L’hotel Wilderness (Crédits : cpamoa)

Après cette première soirée très riche en nouvelles sensations (avez-vous déjà expérimenté les poils de nez qui se collent instantanément dès que vous sortez dehors ?), nous nous réveillons un peu avant neuf heures du matin. Le soleil est entrain de poindre son nez. Je finis par l’apercevoir très bas derrière les arbres. Il ne grimpera pas très haut dans le ciel, pas plus de 6° au dessus de l’horizon, l’impression de vivre un perpétuel lever-coucher de soleil. Les jours où nous y étions, le soleil se levait aux environs de 9h15 et se couchait aux environs de 15h45. Le jour grandissait de 10 à 12mn chaque jour. En décembre et janvier, il ne se lève même plus pendant un mois et demi. L’une des serveuses de l’hôtel nous a raconté que les habitants souffraient de dépression et que le retour du soleil était une délivrance et un renouveau pour eux. Je veux bien la croire ! A l’opposé, au mois de mai-juin, le soleil ne se couche même plus. Ca doit être déjà plus facile à vivre : au moins ils peuvent masquer la lumière en fermant les volets pendant la nuit. Le contraire n’est pas possible.

Fait à savoir : le cercle polaire délimite la latitude à partir de laquelle le soleil ne se lève plus au moins pendant 24h en hiver et ne se couche plus pendant au moins 24h en été.

Paysage de neige

Crédits : cpamoa

Ce matin-là j’ai testé le petit déjeuner salé. Ça passe bien, surtout lorsqu’on sait qu’on va devoir affronter des températures en dessous de -20°C. Après un petit-déjeuner copieux et les tweets postés, retour dans l’appartement pour s’équiper avant de sortir faire une promenade aux abords de l’hôtel. Comme rien de précis n’a été prévu pour aujourd’hui, nous en profiterons donc pour flâner dans la neige et prendre des photos.

 

Comme pour l’observation des aurores de la veille, ma tenue anti-froid polaire de base était composée de deux épaisseurs sur les jambes : un caleçon chaud (damart pour ne pas les nommer) et un pantalon de ski. J’avais une paire de chaussettes de ski et mes bottes de neige que je portais déjà à Munich. Pour le haut, quatre épaisseurs : deux t-shirt manches longues Damart (chacun prévu pour des températures allant de -10 à -15) , une veste polaire et mon manteau de ski.

Un bonnet et un tour de cou me permettent de garder ma tête au chaud

Un bonnet et un tour de cou me permettent de garder ma tête au chaud

Pour compléter ma tenue, je porte un bonnet sur la tête et un « tour de cou » qui me permet de masquer mon nez et ma bouche et me sert d’écharpe. Les mains c’était un peu le problème : je ne savais pas trop quoi mettre : j’avais eu très froid la veille à chaque fois que je voulais prendre des photos : les gros gants m’encombraient pour manipuler l’appareil photo, donc je les retirais, et je me gelais les doigts. Il fallait bien 5 minutes après pour les réchauffer dans les gants et dans mes poches, et je recommençais. Donc pas le bon plan les gants de ski tout seul. J’ai voulu aller chercher une paire de gants que l’hôtel proposait à la location. Là encore c’était pas l’idéal : ils étaient énormes, pire que les miens (je ne retirais que la partie du dessus et conservais la partie du dessous sur mes mains, mais elle était quatre fois trop large et donc tenait très mal), bref j’étais empêtrée. Et là, Marion est arrivée (un peu comme Zorro, en tout cas elle m’a bien sauvé la mise) et m’a proposé de faire un essai avec des touts petits gants de soie à mettre sous d’autres gants plus épais. Au moins les siens tenaient à la peau et je pouvais manipuler mon appareil sans avoir trop froid. Ceci dit les gants de l’hôtel m’ont sauvés la mise à d’autres moments du séjour.

Paysage de Laponie

Crédits : cpamoa

Nous voilà donc partis à la découverte de notre nouvel environnement. L’hôtel est situé vraiment au milieu de nulle part. Très peu d’habitations, de la neige et des sapins à perte de vue et une multitude de lacs gelés. Ils forment de grandes étendues planes et vides de toute végétation sur lesquelles ont peut marcher sans problème. On ne se rend même pas compte qu’il s’agit de lacs avec l’épaisseur de neige qui les recouvre. Si on s’éloigne du chemin tracé par le passage des motoneiges, on se retrouve avec de la poudreuse jusqu’aux genoux. Mais le paysage est magnifique. Tout en quiétude, on n’entend que le crissement de nos pas. Ça fait même rire de faire autant de bruit en marchant. On photographie tout ce qu’on trouve : branches d’arbres, arbustes bas… La luminosité est assez forte malgré le soleil qui reste bas sur l’horizon. Cela est certainement dû à la neige.

Hiver en Finlande

Hiver en Finlande (Crédits : Mr Cpamoa)

On s’amuse également de nos cheveux et nos sourcils qui givrent sur place. On prend 20 ans d’un coup. Au bout d’environ une heure on est de retour à l’hôtel. Entre temps Remco et Martin ont fait un aller-retour à l’aéroport afin d’accueillir trois nouvelles arrivantes. Nous sommes donc maintenant onze sur place.

Après la pause déjeuner, je pars à la recherche d’une nouvelle paire de bottes. Les miennes sont chaudes, mais pas suffisantes pour une longue période dehors. L’hotel est là encore bien équipé.

L'hiver en Finlande

Crédits : Mr Cpamoa

Une fois tout le monde prêt, nous repartons pour une petite marche sur les chemins qui bordent l’hôtel. C’est le baptême du froid pour deux des trois nouvelles arrivantes : elles sont originaires de Californie. Avec Patti qui arrive du Texas et que nous verrons dans la soirée, ce sont celles qui ont fait le plus long trajet pour nous rejoindre. La ballade est agréable, bien emmitouflés sous toutes mes épaisseurs, je n’ai pas spécialement froid malgré les -20 et quelques. Au bout d’un moment nous perdons de vue deux personnes du groupe. Elles s’étaient un peu attardées pour prendre des photos et nous ne les avons pas revues après. Nous les retrouverons plus tard, s’étant au début perdues mais ayant ensuite demandé leur chemin, elles ont continué à flâner et prendre des photos.

A la fin de la journée, nous nous retrouvons tous au restaurant pour le dîner. Presque tout le monde est arrivé entre temps. Le repas pris nous nous équipons de nouveau avant de sortir dehors. On s’était donné rendez-vous aux environs de 21h30 afin de faire un feu de camp sur le petit lac au bas de l’hôtel en attendant l’arrivée des aurores (on ne pensait pas en voir avant 23h-minuit), mais en sortant nous nous appercevons que les aurores sont déjà là. On les apperçoit depuis l’hôtel. Elles sont en direction du nord (normal donc), et c’est vers le lac Inari que nous devons nous diriger. Comme certains s’étaient déjà rendus sur le petit lac et comme ce n’est pas le meilleur endroit pour les voir car l’horizon n’est pas assez dégagé à cet endroit-là, je pars les chercher.

Aurores Boréales sur le lac Inari (Finlande)

Aurores Boréales sur le lac Inari en Finlande (Crédits : Mr Cpamoa)

Sur le lac Inari, le spectacle est déjà en cours. Lorsque nous arrivons, les aurores sont bien visibles, plus jolies que la veille encore. Le froid est présent également. Probablement entre -25°C et -30°C. Même les locaux trouvent qu’il fait très froid. Mais comme ce froid est synonyme de ciel clair, nous n’allons pas nous en plaindre ! Comme la veille, le ciel est d’une pure beauté. J’essaye de penser à le regarder, et ne pas uniquement me concentrer sur les aurores. Ce n’est pas si fréquent de voir un ciel aussi étoilé. Jupiter et les Pleiades sont au rendez-vous, comme la veille. De plus Remco avait volontairement choisi cette semaine-là pour son absence de lune. L’éclat de la lune aurait sans doutes permis de faire des photos plus claires, mais aurait retiré un peu de visibilité sur les aurores.

Aurores Boréales sur le lac Inari en Finlande

Aurores Boréales sur le lac Inari en Finlande (Crédits : Mr Cpamoa)

 

Aurores Boréales sur le lac Inari, Finlande

Aurores Boréales sur le lac Inari, Finlande (Crédits : Mr Cpamoa)

 

Lac Inari, Finlande

J’ai « osé » tourner le dos aux aurores pour réaliser cette photo 🙂 (la lumière vient de motoneiges qui passaient à ce moment-là) (Crédit : cpamoa)

Aurores Boréales sur le lac Inari, Finlande

Aurores Boréales sur le lac Inari, Finlande (Crédits : cpamoa)

Satisfaits par la moisson d’aurores de la soirée, c’est après près de 2h dehors que nous décidons de plier bagage. Il faut dire que le froid est bien vif et piquant, surtout au niveau des mains et des pieds. Deuxième soirée dehors, et deuxième possibilité de voir des aurores. Nous sommes vraiment chanceux !

4 commentaires

  • Gabrielle Laine-Peters

    Beautiful photos it was great to share the adventure with you – G x

  • Avoir la chance de voir le spectacle d’une aurore boréale vous fait oublier toutes les difficultés que vous avez endurées, pour arriver à cet endroit. Ces phénomènes naturels sont vraiment magiques. C’est d’ailleurs la bonne période pour y aller.
    Merci pour le partage.

  • Anne

    Thank you Gabrielle ! It was great to meet you too ! See you next year, same place, same month 😀

  • Anne

    Merci pour votre commentaire Emile. Effectivement, le froid on finit par l’oublier, et c’est un petit mal pour un grand plaisir. Je suis prête à y retourner l’année prochaine. Mais nous avons eu tellement de chance avec la météo cette année, que je crains d’être déçue l’année prochaine. Restera les bons moments entre copains dans un endroit magique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.