AuroraTweetup, Dernier jour !

 

Bâtiments sur le bord du lac Inari

Bâtiments sur le bord du lac Inari

Dimanche 10 Février 2013. Le voyage touche à sa fin. Le temps est venu de faire les valises, rendre les équipements empruntés à l’hôtel et régler les dernières dépenses. Le ciel est une fois encore sans nuages. Le soleil est bien à sa place, bas sur l’horizon, même s’il se lève environ 15-20 minutes plus tôt qu’à notre arrivée.

Ce voyage a pris une tournure inespérée : Une météo parfaite, des aurores tous les soirs, un hôtel super chouette dans un paysage magnifique, et des compagnons de voyage très sympa. Pourtant je n’attendais pas beaucoup de ce voyage. Je sais que l’observation des aurores n’est pas systématique. Soit la météo s’en mêle et les nuages sont de la partie, soit tout simplement il n’y a aucune aurore dans la zone géographique où l’on se trouve.

D’ailleurs Remco a pu l’expérimenter récemment : il est retourné en Finlande et malgré un ciel super clair et des millions d’étoiles, il n’a vu aucune aurores pendant plusieurs nuits : L’ovale auroral (le cercle formé par les aurores au niveau du pôle magnétique) était beaucoup plus au nord. Au cours de la semaine qui a suivi notre départ de Nellim, les nuages et la neige sont arrivés et les résidents de l’hôtel n’ont pas été en mesure de voir les aurores pendant plusieurs jours d’affilés. Toutes ces informations nous ont fait prendre conscience de l’immense chance que nous avons eue.

Derniere promenade avant le depart

Dernière promenade avant le départ

Coté organisation, Remco et Martin ont fait un super travail. Trop de superlatifs tue le superlatif, vous l’aurez compris : ces quelques jours ont été un rêve éveillé.

Le voyage touche à sa fin, mais avant de prendre le bus qui va nous conduire à l’aéroport, je décide de faire une dernière balade : visiter l’église orthodoxe de Nellim. Il nous faut marcher environ 20 minutes le long des routes gelées. C’est vraiment un endroit sauvage : les maisons sont peu nombreuses et espacées, quelques voitures circulent mais pas beaucoup et pas un chat dehors.

 

Eglise orthodoxe de Nellim

Eglise orthodoxe de Nellim

L’église est jolie, tout en bois, au milieu des sapins, ça valait le déplacement. Nous n’avons malheureusement pas pu entrer à l’intérieur, les portes étaient fermées. Sur le chemin du retour nous repassons par le lac Inari et les différents endroits où nous avons pris nos photos la nuit. Je n’ai pas eu l’occasion d’y aller de jour et c’est amusant de revoir l’endroit à la lumière du soleil après l’avoir vu à la lumière du ciel étoilé et des aurores.

 

 

Le bateau est toujours là. Je me demande si quelqu’un l’utilise une fois le lac dégelé ou bien s’il reste là en permanence. En tout les cas il fait un premier plan de choix pour les photos d’aurores.

Bateau echoue sur le bord du lac Inari

Le bateau qui nous a servi de premier plan pour les photographies d’aurores boréales

Voilà, c’est la fin, nous quittons l’hôtel à 15h et voyageons pendant environ 45mn en bus dans un paysage enneigé éclairé par le soleil couchant. Je continue à filmer et à photographier depuis le bus. J’ai un peu de mal avec l’idée de partir. J’espère pouvoir un jour revenir. Peut-être l’année prochaine… sûrement l’année prochaine ! Remco a déjà posé les premières pierres pour la fondation d’un nouveau séjour sur place. Peut-être à Nellim, peut-être dans un autre endroit, j’imagine que nous le saurons très vite. Dans tous les cas cela va être difficile de faire mieux, sauf si le soleil nous gâte avec un regain de son activité donnant lieu à une explosion d’aurores boréales. Mais cela fait déjà beaucoup de « si » d’un coup.

En route pour l'aeroport

En route pour l’aéroport

La prochaine fois que j’irai sur place voici ce que je ferai différemment :

– Acheter une bonne paire de gants, spéciale pour les grands froids. Une paire sous laquelle je pourrai mettre une deuxième paire de gants fins. Mais je sais qu’il n’y a pas de solution miracle lorsqu’on veut prendre des photos. Garder ses mains au chaud dans les poches et la seule solution possible, mais du coup, pas de photos.
– Louer chaque jour la combinaison de l’hôtel.
– Quant aux pieds, penser à retirer la chaussure intérieure pour la sécher après chaque utilisation. Je n’avais pas compris qu’on pouvait le faire, et avec l’humidité j’avais très vite froid. De plus je ne suis pas persuadée que juxtaposer deux paires de chaussettes soient vraiment l’idéal. Cela sera à retester.

Parmi les objets qui méritent une attention toute particulière se trouve le trépied. Dans le groupe beaucoup ont eu des problèmes avec leur trépied : soit oubli de la partie qui permet d’attacher le trépied à l’appareil photo, soit la partie s’est cassée à cause du froid ou bien pendant le transport dans l’avion. L’hôtel aurait fait fortune en louant ou bien vendant des trépieds. Ils devraient y penser 🙂

Aéroport d'Ivalo

Aéroport d’Ivalo

Pour finir, la robustesse de nos appareils photos m’a étonnée. On leur a fait subir des écarts de températures allant jusqu’à 50 degrés (-30C à +20C), et ils n’ont pas failli. Les batteries ont bien tenu le coup également. En tout cas celles au Li-Ion. Les piles NiMH du grip du deuxième appareil photo ont été moins efficaces et se sont déchargées très vite. Donc NiMH à éviter pour ce genre de voyage par grand froid.

Ceci clos mon (long) récit. Si cela vous a donné l’envie de vivre l’expérience de voir de vos propres yeux des aurores boréales et vivre le froid polaire, n’hésitez pas, foncez ! Cela en vaut vraiment la peine !

 

Voici les liens qui vous permettront de relire l’ensemble du récit (vous pouvez les retrouver via le tag « Nellim » :

AuroraTweetup, premier jour !
AuroraTweetup, Jour 2 !
AuroraTweetup, Jour 3 !
AuroraTweetup, Jour 4 !

 

Et vous retrouverez les photos des autres participants dans le groupe Flickr AuroraTweetup

 

2 commentaires

  • Isabelle

    Bonjour Anne,

    Cette année pour moi aussi, ça a été voyage en Laponie finlandaise, bien plus au sud, par contre, à côté de Kittilä. Nous avons aussi eu droit à notre unique aurore, assez courte, mais magique tout de même. Pour les photos, malgré mon appareil qui me disait de changer la batterie, un petit tour au chaud sous les gants et ça repart. A chaque fois… à essayer?

    Pour ce qui est des vêtements et des chaussettes/ gants, l’organisme avec qui nous étions partis nous a fourni des chaussettes en laine et des bottes isothermes avec le botillon à l’intérieur (mais avec un séchoir dans la chambre, c’est plus facile à sécher), des moufles (il parait que c’est mieux car les doigts se réchauffent les uns les autres), et les combi étanches… au plus froid de notre séjour, il a fait -23… pas vraiment froid par la température, c’est plutôt lié aux activités du séjour.

    Enfin, j’ai ressenti la même chose au moment de partir. Et j’ai hâte de pouvoir repartir là bas…

    Désolée pour le roman,
    Isabelle

    • Anne

      Bonjour Isabelle,

      Merci pour ton commenctaire, pour ce qui est d’écrire des romans je suis une championne 🙂
      A vrai dire on n’a eu qu’un petit soucis de déchargement rapide avec un pack de piles rechargeables. Les batteries ont bien tenu le coup et ne nous ont pas lâchées en cours de route. Pour ce qui est des moufles, j’en avais également, empruntées à l’hôtel, mais le problème étant de pouvoir photographier, je devais les retirer et c’est là que les doigts se refroidissaient très vite. Pour ce qui est des pieds, j’avais également une paire de chaussettes en laine prêtées par l’hôtel, mais beaucoup trop larges et ça flottait à l’intérieur des bottes (elles aussi prêtées par l’hôtel), donc j’en avais mis une seconde paire dessous, mais ce n’était pas la bonne solution je pense. L’année prochaine j’acheterai mes propres paires en laine. Mais on a eu particulièrement froid. Nous étions très régulièrement en dessous de -25°C et le peu de déplacement que nous faisions pendant que nous photographions n’aidait pas. Je pense que ça devient difficile de bien s’isoler du froid par cette température.

      Nous allons très certainement y retourner l’année prochaine, avec l’expérience de cette année, nous verrons si nous pouvons mieux faire 🙂

      A bientôt !

      Anne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.