AuroraTweetup, Jour 4 !

Husky sibérien. Magnifiques chiens pleins d'énergie

Husky sibérien. Magnifiques chiens pleins d’énergie

Avant-dernière journée avant le départ prévu demain après-midi. Le soleil est toujours au rendez-vous, et c’est vraiment un plaisir. Matinée tranquille à l’hôtel. Après la nuit précédente on apprécie de n’avoir rien à faire. C’est seulement après le déjeuner que nous partons pour une virée en traîneau tiré par des huskys. Nous avions entendu les chiens à plusieurs reprises ces derniers jours. Quand ils sont dans leur enclos, leurs aboiements joyeux montrent leur impatience à courir et partir en balade. Certains ont des yeux bleu clair magnifiques.

Caravane de huskiesNotre guide nous explique comment conduire le traîneau, à priori beaucoup plus facile que la conduite des motoneiges d’hier. Il faut juste porter son poids sur le patin de droite ou de gauche au moment de faire des virages. Un pied sur le frein permet de ralentir, deux pieds sur le frein pour espérer arrêter le convoi (les chiens sont très motivés :D). Je choisis de rester assise dans le traîneau et laisser mon mari jouer les mushers.

C’est le moment d’utiliser nos masques de ski que j’avais emmené « au cas où ».  Malgré la couverture qui me recouvre j’ai eu froid. Beaucoup plus qu’hier. C’est ma faute, j’aurais dû conserver la combinaison. Mais là encore j’oublie le froid et je me régale du paysage.

Le circuit se fait sur le lac Inari gelé. Avec le soleil rasant, les couleurs sont chaudes, de quoi réussir encore de magnifiques photos.

Balade en traîneau sur le lac Inari

Balade en traîneau sur le lac Inari

A mi-chemin nous nous arrêtons pour nous délecter d’une boisson chaude. La même qu’hier : un jus de fruits rouges qui a le double effet de nous réchauffer les mains avant de nous réchauffer de l’intérieur.
Au final le tour aura duré près de 3h. A choisir, la prochaine fois je referai plutôt le tour avec les huskys que le tour en motoneige. Plus calme, les chiens sont étonnants à observer et cela respecte bien mieux la nature. Mais je le ferai avec une épaisseur de plus sur le corps, car là j’ai vraiment eu trop froid.

Camp sur le lac Inari

Emplacement du Camp sur le lac Inari

De retour à l’hôtel, nous pouvons nous reposer et attendre tranquillement la soirée. Il est prévu que l’ensemble du groupe quitte l’hôtel à 21h30 en compagnie de deux guides pour aller observer les aurores boréales au milieu du lac Inari. Le transport se fait en traîneaux tirés par des motoneiges. Certains peuvent également conduire leur propre motoneige. Pour ne pas reproduire l’erreur de l’après-midi, je m’équipe d’une combinaison de l’hôtel. Et je ne le regrette pas. Là encore avec la vitesse, le froid, déjà très intense, est accru. A peine arrivés sur le lac, je peux apercevoir depuis mon traîneau une aurore qui le surplombe. Vu l’intensité, cela s’annonce très prometteur pour la soirée. Je suis très impatiente d’arriver à destination et de pouvoir commencer à photographier.
Aurore boréaleEt effectivement, nous aurons ce soir-là les plus belles aurores de la semaine (mais celles-ci seront détrônées par celles observées le soir suivant, malheureusement, nous ne serons plus là pour les voir).
Mon appareil photo qui, bien que pas trop mauvais, n’est pas fait pour les photos de nuit. Je ne suis pas satisfaite de ce que j’ai fait ce soir-là. Heureusement le deuxième appareil est bien plus performant et nous a permis d’avoir de beaux souvenirs.
Aurore boreale
A l’endroit où nous ont emmenés les guides se trouve une hutte traditionnelle à l’intérieur de laquelle un feu est allumé. Nous pouvons nous y asseoir et nous réchauffer au cours de la soirée. Plus que royal !
Par contre pour éviter que la condensation ne se fasse sur nos appareils photos, nous devons les laisser à l’extérieur. Je pose donc mon appareil dans la neige au pied d’un arbre, espérant le retrouver en ressortant.
vers minuit 30 il est l’heure de repartir.

Les aurores commencent à être moins intenses, mais nous avons été plus que gâtés ce soir-là. Comme nous ne voulons pas finir la soirée ainsi, nous rentrons quelques minutes nous réchauffer dans l’appartement et ressortons très vite. Nous retrouvons notre endroit favori sur le lac, à coté du bateau échoué et nous continuons à photographier.
20130311 Aurore boreale avec bateau au premier plan
Puis au bout d’une heure supplémentaire, nous choisissons de rentrer. Nous en avons pris plein les yeux ce soir-là. Le froid n’a pas eu raison de nous. Nous sommes restés vaillamment dehors, bravant des températures proches de -30°C (sinon moins), mais le spectacle en valait vraiment la peine.

Deux dernières photos avant de clore cette journée. Avant de partir pour le camp, mon mari avait décidé d’aller passer quelques minutes au bord du lac pour profiter au maximum des aurores (et il avait bien raison !). Voici deux des dizaines de photos qu’il a prises à ce moment-là.

La voie lactée comme on ne la voit pas souvent aux abords des villes

La voie lactée comme on ne la voit pas souvent aux abords des villes

Le bâteau, éclairé par les lumières de la rue, pas encore éteintes à ce moment-là

Le bateau, éclairé par les lumières de la rue, pas encore éteintes à ce moment-là

 

Prochain article à venir : Dernier jour et conclusions du voyage.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.