Fuite d’ammoniaque sur la Station Spatiale Internationale

Réparation d'une fuite d'ammoniaqueLuca Parmitano partage ses réflexions sur la fuite récente d’ammoniaque sur la Station Spatiale Internationale :

La semaine dernière, l’équipage à bord de la Station Spatiale Internationale a détecté ce qui semblait être une fuite d’ammoniaque dans l’espace. L’ammoniaque liquide est utilisée pour garder la Station Spatiale à la bonne température en la pompant à travers des radiateurs externes pour évacuer la chaleur en excès. Comme beaucoup le savent maintenant, le problème a été résolu pendant le week-end au cours d’une sortie extravéhiculaire non prévue.

Quand ce genre de chose se produit, gardez à l’esprit que l’espace est un environnement extrême où tout change constamment. Si les responsables de mission venaient me dire que mon lancement a besoin d’être retardé pour une raison quelconque, je l’accepterais sans sourciller. Je ne comprends ceci que trop bien. Des choses comme la fuite d’ammoniaque se produisent, elles se sont produites dans le passé et se produiront encore dans le futur. Les humains n’ont jamais construit de machines qui soit parfaites.

L’un des meilleurs conseils que quelqu’un m’ait donné lorsque j’ai été recruté comme astronaute était de ne jamais tomber amoureux d’une mission puisqu’une seule chose est certaine dans les missions spatiales : les choses peuvent toujours changer. La fuite est un exemple de l’une de ces choses que vous ne pouvez pas planifier : cela arrive et il peut toujours y avoir des événements que nous ne pouvons contrôler. Un lancement peut être retardé voire même notre retour sur Terre.

Les radiateurs de la StationDans ce travail nous devons voir les difficultés comme des opportunités : les problèmes auxquels nous sommes confrontés peuvent être considérés comme des possibilités de développer de nouvelles procédures ou de tester si les entraînements réalisés sur Terre sont adaptés aux situations réelles dans l’espace. Au cours de notre entraînement aux sorties extravéhiculaires on nous apprend à résoudre des situations comme la fuite d’ammoniaque. On nous apprend à effectuer des inspections, à prendre des photos, à réaliser des vérifications et à faire des réparations comme celles faites par les astronautes Thomas Marshburn et Christopher Cassidy.

Si un problème survient c’est une occasion pour évaluer si l’entraînement que nous avons reçu est efficace pour travailler en sécurité sur des réparations aussi compliquées que celles effectuées par mes collègues le week-end dernier. Tout cela fait partie du travail !

La Station Spatiale n’est pas un point d’arrivée mais un point de départ pour ce qui est encore à venir : un lieu où nous pouvons tester les technologies et les procédures qui seront utilisées pour les futures explorations spatiales, peut-être au-delà de l’orbite basse terrestre.

 

Cet article a été initialement écrit par Luca Parmitano, le premier astronaute de la promotion 2009 de l’ESA à monter à bord de la Station Spatiale Internationale le 28 Mai prochain. L’article initial a été posté le 15 Mai 2013 sur le blog de Luca. A lire ici en anglais : Ammonia leak on the International Space Station

 

 

Partage...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on Pinterest

Laisser un commentaire