L-485 : Pilotage du bras robotique

L-485 : Samedi 3 Août 2013

Pas d’entraînement prévu pour ce week-end, cependant je prendrai certainement du temps pour revoir mes notes de la semaine et démarrer la préparation pour l’entraînement de la semaine prochaine dans le NBL, la grande piscine dans laquelle nous pratiquons les sorties spatiales. Terry et moi-même nous nous entraînerons pour le remplacement imprévu d’une pompe. Cela vous semble familier ? C’est parce que c’est déjà arrivé en orbite !

J’ai joint des photos d’hier au NBL. Je me suis présentée tôt dans la matinée pour une séance d’information sur les particularités du bras robotique de la piscine. L’interface logicielle et les contrôleurs manuels sont les même, mais le bras lui-même est bien sûr assez différent et la piscine a ses propres contraintes spécifiques. Si vous m’entendez dire en orbite : « Je ne peux pas aller plus loin vers le nadir, nous approchons du sol »… c’est que quelque chose va très mal !

Le pilotage du bras dans la piscine est principalement concentré sur les moments GCA. Il s’agit d’un acronyme que nous avons emprunté au monde de l’aviation et il signifie Ground Controlled Approach (Approche contrôlée du sol). Un contrôleur GCA a sur le radar l’appareil en approche et donne des instructions au pilote pour conserver l’avion sur la trajectoire jusqu’à ce que le pilote ait la piste en vue. Dans le monde EVA, un GCA est lorsque l’astronaute effectuant l’EVA donne des instructions à l’opérateur du bras robotique pour bouger le bras dans une position particulière. Les instructions peuvent être par exemple « un mètre zénith station » ou « inclinaison corps 15 degrés ». Comme les GCAs se passent habituellement proche de la structure, une bonne connaissance de la situation de la part de chaque personne impliquée est importante et une communication efficace est vitale.

J’ai également pu pratiquer l’habillage de mon coéquipier Butch. Ce n’est pas une tâche facile. Nous avons habituellement des techniciens en habillement très qualifiés pour nous aider, mais en orbite nous serons seuls, il est donc important de pouvoir s’aider les uns les autres à entrer dans le costume.

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien qui la mènera au jour de son lancement, pour le moment prévu le 30 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. Toutes les photos postées sont sa propriété et proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.