L-344 : Présentation du système d’amarrage du Soyouz

L-344 : Lundi 16 décembre 2013

Aujourd’hui, Terry et moi avons passé la journée dans les locaux du constructeur du Soyouz, Energia, situé dans la ville de Korolev dans la banlieue de Moscou. Le nom Korolev vous dit quelque chose ?

Nous avons eu un certain nombre de classes avec du matériel haute-fidélité, dont une sur le système d’amarrage au cours de laquelle nous avons pu voir le mécanisme fonctionner réellement, de la première capture de la tête de la sonde jusqu’à la rétractation complète de la sonde et la fermeture des crochets.

Malheureusement il est interdit de prendre des photos à Energia, mais j’ai trouvé cette photo de l’interface d’amarrage d’un vrai Soyouz ou Progress.

L-344 Système d'amarrage Soyouz ou Progress

Dans le cercle vert vous pouvez voir la sonde d’amarrage qui est ici complètement rétractée. Il y a quatre pétales sur la sonde : lorsque n’importe laquelle de ces pétales appuie pendant l’amarrage contre le cône récepteur de la Station, nous obtenons le signal « Contact », c’est le tout début de la séquence d’amarrage.

Un certain temps et quelques signaux de capteurs plus tard, les interfaces d’amarrage sont entrées pleinement en contact et les crochets peuvent être fermés : vous pouvez les voir sur la photo, j’en ai entouré une paire dans le cercle jaune. Sur chaque paire, il y a un crochet fixe et un crochet mobile. Les crochets correspondants coté station sont inversés, de sorte que le crochet mobile du Soyouz va agripper le crochet fixe de la Station et vice-versa. Nous ne fermons pas toujours les crochets des deux cotés.

J’ai également entouré en rouge l’un des deux poussoirs à ressorts. Pendant la séquence d’amarrage ils sont comprimés lorsque les interfaces sont jointes, stockant ainsi de l’énergie dans les ressorts. Au moment du désamarrage, dès que nous ouvrons les crochets, cette énergie est libérée et le Soyouz est littéralement repoussé. Un système simple et intelligent !

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien qui la mènera au jour de son lancement, pour le moment prévu le 24 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. Toutes les photos postées sont sa propriété et proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.