Forme physique pour l’espace : « Pre-flight Medical » à Cologne

Article initialement écrit par l’équipe du blog d’Alexander Gerst

Test de la fonction respiratoire au cours d'un exercice

Test de la fonction respiratoire au cours d’un exercice (Crédits : DLR, CC-BY 3.0)

« Vous n’avez pas besoin d’être un athlète de haut-niveau pour être astronaute, mais une bonne condition physique de base est importante », dit Alexander Gerst, décrivant les exigences en matière de condition physique pour un astronaute. En fait, un athlète professionnel aurait de plus grands problèmes pendant un long séjour en apesanteur que quelqu’un qui a un niveau d’entraînement inférieur. Les athlètes ont souvent un cœur plus large, qui pompe plus de sang et donc, plus d’oxygène dans tout le corps pendant les exercices. Des complications peuvent se produire si le cœur n’est pas entraîné par des exercices réguliers. « Je m’entraîne actuellement environ six heures par semaine, en me concentrant sur un entraînement cardiovasculaire et du renforcement musculaire, mais également sur la zone des épaules et les muscles des avant-bras en préparation d’une sortie spatiale », ajoute Alexander. Dans la Station Spatiale Internationale, les astronautes s’entraînent environ deux heures par jour. Un renforcement musculaire n’est cependant pas possible. L’entraînement ralentit seulement la perte de masse musculaire et osseuse qui est causée par l’absence de charge en apesanteur.

Afin de faire exactement coïncider le plan d’entraînement d’Alexander Gerst à ses besoins pendant sa mission dans l’ISS, celui-ci vient de finir de vastes examens médicaux préalables à son lancement. Fin février 2014, il a terminé le dénommé « Pre-flight Medical » à l’Institut de la Médecine Aérospatiale du DLR (Agence Spatiale Allemande, NdlT) à Cologne, un examen qui s’est toujours déroulé jusqu’à présent au Centre Spatial Johnson (JSC) de la NASA à Houston, USA.

Examen des yeux d'Alexander Gerst

Examen des yeux (Crédits : DLR, CC-BY 3.0)

L’un des objectifs de l’équipe médicale, composée de médecins de l’ESA et du DLR, est l’examen des yeux. Les résultats d’examens sur d’autres astronautes suggèrent que l’absence de gravité a un effet négatif sur la vision. D’autres recherches scientifiques doivent être réalisées dans ce domaine pour renforcer les connaissances. L’examen comprend une Tomographie en Cohérence Optique (OCT), une échographie des yeux de même que des images détaillées de la tête à l’aide d’un IRM. Pendant sa mission à bord de l’ISS, Alexander Gerst réalisera lui-même des échographies de ses yeux. Lorsqu’il reviendra sur Terre en novembre 2014, un nouvel examen sera réalisé et les données seront comparées. Au total, 100 expériences médicales seront conduites dans le cadre de la mission « Blue Dot ».

L'Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) est utilisée pour regarder de plus près la tête et les yeux

L’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) est utilisée pour regarder de plus près la tête et les yeux (Crédits : DLR, CC-BY 3.0)

Pour les médecins participants, les examens médicaux n’ont rien de routiniers : les données médicales de tous les astronautes  sont récoltés dans une base de données de la NASA et doivent être comparables entre elles. En règle générale, pour les études médicales sur Terre, il y a un grand nombre de cobayes à disposition pour livrer des résultats scientifiquement utilisables. Comme le nombre d’astronautes et leurs séjours dans l’espace est cependant très limité, les médecins doivent être formés en conséquence. En outre, il est important de réaliser les examens à Houston et à Cologne sur les mêmes appareils. Par exemple, l’IRM du DLR à Cologne est identique à celui de la NASA à Houston. Ainsi, les médecins assurent la compatibilité des données. Pour reproduire le standard NASA à l’Institut DLR de la Médecine Aérospatiale de Cologne, les collègues DLR sont toujours en contact régulier avec leurs homologues du JSC.

Les résultats des tests médicaux effectués à la fin de la mission seront comparés avec les données acquises avant et pendant le vol, permettant de reconnaître précisément tout changement et de planifier la réhabilitation, ainsi Alexander Gerst sera de nouveau en forme très rapidement.

Du reste, aux « check-up » médicaux réalisés avant le vol, vient s’ajouter une visite chez le dentiste – en cas de douleurs dentaires à 300km d’altitude, la route serait longue pour se rendre au cabinet dentaire le plus proche.

 

Alexander Gerst est le prochain astronaute de la promotion 2009 de l'ESA (baptisée Shenanigans) à séjourner à bord de la Station Spatiale Internationale pendant environ six mois à partir du 28 mai 2014.
Ceci est la traduction (tirée de l'allemand) d'un article publié le 6 mars 2014 sur son blog : Fit fürs All: "Pre-flight Medical" in Köln

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.