Billets aller simple

Alexander Gerst, environ 15 ans, avec un sac a dos avant un séjour scout

Scout à 15 ans

La première fois que j’ai eu ce sentiment, j’avais 21 ans et j’étais dans un avion pour le Honduras avec à la main un billet ouvert pour un tour du monde valable 12 mois. Auparavant j’avais déposé mon sac à dos à l’enregistrement des bagages et j’avais fait mes adieux à mes amis et à ma famille. Pendant plusieurs mois j’avais laissé derrière moi tout ce que j’avais toujours vu ou connu, pour entrer dans l’inconnu. Certes, j’étais un peu nerveux au départ, car dans mon cercle de connaissances il n’y avait personne qui avait fait l’expérience d’un tel voyage pour m’aider. Mais lorsque mon vol a décollé, un sentiment de liberté indescriptible m’a confirmé que j’avais pris la bonne décision.

Je n’avais pas encore réalisé que c’était ce sentiment d’un nouveau départ vers l’inconnu qui m’avait conduit, les années suivantes, en Nouvelle-Zélande avec un billet aller simple de 18 mois, quatre fois en Antarctique, et sur les volcans les plus reculés de la planète. A celui qui se sent trop souvent à l’étroit dans sa maison, je ne peux que lui recommander un billet aller simple vers l’inconnu – avec l’avertissement clair que cela devient addictif.

Une partie importante de la liberté est, bien sûr, de savoir que l’on peut revenir chez soi à la fin d’un voyage. Je suis convaincu que l’on doit quitter sa maison une fois pour vraiment apprendre à la connaitre et pour réaliser à quel point elle est vraiment belle. Cela s’applique autant aux voyageurs spatiaux qu’aux randonneurs à pied.

Ce matin j’ai fait ma valise dans mon appartement à Cologne pour la dernière fois de ma période de quatre ans d’entraînement, elle était à peine à moitié pleine. J’ai dit au revoir à ma famille et à mes amis pour les sept prochains mois, ce qui n’était pas facile bien sûr. Maintenant je suis dans un avion pour Moscou, mon avant-dernier arrêt sur le chemin vers l’espace, avec à la main un billet aller simple vers l’inconnu, et le sentiment de liberté est de nouveau indescriptible.

 

Alexander Gerst en Antarctique en 2007 devant un halo du soleil

Antarctique, 2007

 

Alexander Gerst est le prochain astronaute de la promotion 2009 de l'ESA (baptisée Shenanigans) à séjourner à bord de la Station Spatiale Internationale pendant environ six mois à partir du 28 mai 2014.
Ceci est la traduction (tirée de l'allemand) d'un article publié le 22 avril 2014 sur son blog : One-Way-Tickets

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.