L-43 : Faire une échographie sur moi-même… avec beaucoup de conseils !

L-43 : Samedi 11 octobre 2014

C’est bon d’être de retour à Star City ! Il fait un peu plus frais ici qu’en Europe – et certainement qu’à Houston – mais c’est très joli : les arbres exhibent toutes leurs riches couleurs automnales. C’est vraiment très charmant là-dehors, à l’écart de la frénésie de Moscou et de sa circulation frénétique. Et j’aime vraiment que les installations d’entraînement soient à seulement quelques minutes en vélo du Profilactorium, l’endroit où les astronautes de l’ESA ont leurs logements.

je n’ai eu que deux jours de formation, mais j’ai déjà eu l’occasion de rafraîchir toutes les compétences sur lesquelles je vais être testée dans les semaines à venir, dans le cadre de notre certification finale : le rendez-vous manuel, l’amarrage manuel et la descente manuelle. Anton et moi avons également commencé à nous entraîner pour notre complexe examen Soyouz d’une journée (Terry nous rejoindra dans une semaine). Selon la tradition, la première simulation concerne les opérations de pré-lancement (ce que nous faisons sur le pas de tir avant le décollage), l’ascension, l’injection en orbite et puis… et bien cela dépend du bon cœur de notre instructeur. Dans notre cas, nous avons eu une fuite – nous avons perdu notre atmosphère dans l’espace – et donc nous avons dû revenir par une descente en urgence. Ce serait un vol vraiment très court !

Je veux préciser qu’entre l’entraînement à Houston et le retour à Star City, j’ai eu plusieurs jours d’entraînement au Centre des Astronautes Européens à Cologne. Cela inclus un rappel final sur les systèmes Columbus, mais également quelques entraînements supplémentaires pour le remplacement d’un robinet d’eau. Il y en a dix dans le système de contrôle thermal de Columbus et l’un d’eux a récemment montré des signes de faiblesse, il est donc assez probable qu’on va me demander de le remplacer – une pièce de rechange se trouve déjà en orbite.

J’ai également eu un peu d’entraînement sur des expériences, comme l’EML (= Electro-Magnetic Levitator, super nom, n’est-ce pas ?). Il est arrivé à bord de l’ISS l’été dernier dans l’ATV5 et Alex, qui est actuellement là-haut, a déjà commencé à l’installer, mais il semble qu’il n’aura pas assez de temps pour terminer le travail et je prendrai le relais.

Voici plus d’infos sur l’EML : http://www.gizmag.com/msl-eml-iss/31042/

Et bien sûr, l’EAC c’est aussi l’endroit où nous faisons la Collecte de Données de Base (BDC, Baseline Data Collection) pour  un certain nombre d’expériences de physiologie humaine pour l’ESA et l’ASI (l’Agence Spatiale Italienne). Cette semaine, par exemple, j’ai dû dormir pendant deux nuits en portant une chemise spéciale avec des capteurs intégrés pour l’expérience Wearable Monitoring. J’en ai déjà parlé ici : L-440 : Expériences sur le sommeil.

 

Samantha se forme a l'echographie

 

Une échographie du cœur faisait également partie de cette BDC, mais je n’en ferai pas en orbite. Pour d’autres expériences, cependant, nous devons également faire une échographie dans l’espace. A cet effet, nous avons toujours un opérateur d’échographie expérimenté, qui nous fournit des conseils à distance à partir du sol, et en entraînement, nous travaillons ensemble pour nous assurer que nous communiquons de manière efficace. Un exemple d’un protocole réclamant une échographie en orbite est l’expérience de l’ASI Drain Brain. Sur la photo vous pouvez voir une séance d’entraînement à l’EAC en août dernier – Manuela est la formatrice pour cette expérience, la personne qui nous guide est en réalité dans une autre pièce.

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien qui la mènera au jour de son lancement, pour le moment prévu le 24 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. Toutes les photos postées sont sa propriété et proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.