L+2 : Je bute encore dans tout, mais Butch est vraiment patient !

L+2 : Mardi 25 Novembre 2014

Me voici, terminant ma première journée « normale » à bord de la Station Spatiale Internationale ! D’une certaine manière, c’est comme si j’étais arrivée ici il y a longtemps : lorsque l’on découvre de nouvelles choses chaque minute et que son esprit absorbe tant d’expériences et d’information, c’est comme si le temps se dilatait. Il est difficile de croire que nous ne sommes arrivés qu’hier matin, le lancement semble déjà si loin.

D’autre part, chaque fois que je bute dans quelque chose à cause de mes aptitudes de vol débutantes, ou à chaque fois que j’ai besoin de poser une question à Butch (ce qui arrive très souvent), cela me fait me souvenir que je viens seulement d’arriver et que j’ai tant à apprendre !

 

L+2 Samantha flotte dans l'ISS

 

Butch, bien sûr, est notre équipier vétéran sur le coté non-russe de la Station, il est là depuis septembre. Et heureusement, c’est un modèle de patience. Il a clairement dit dès le départ que la règle numéro 1 est : n’hésite pas à poser une question, même si tu sais que tu la poses pour la 15ème fois !

Je suis reconnaissante d’avoir eu le luxe d’avoir un emploi du temps plutôt léger pour cette première journée. J’ai principalement fait le travail de préparation  pour les expériences à venir. Plus tard cette semaine, Sasha, Elena et moi installerons l’expérience Plasma Kristall 4 (PK4) dans Columbus, et pour cela j’ai dû faire un peu de nettoyage et de la reconfiguration dans le rangement. En soi, c’est une tâche facile, mais assez difficile lorsque l’on vient juste d’arriver dans l’espace et que l’on n’est pas encore en parfait contrôle de son corps, et encore moins de cinq grands sacs que l’on doit en quelque sorte gérer pendant que l’on accède à un casier particulier. Trouver un objet particulier dans un sac peut aussi être difficile si ce sac est également plein d’autres petites objets qui ne vous intéressent pas, mais qui refusent tout simplement de rester à l’intérieur.

En plus des tâches liées à PK4, mon planning prévoyait aussi de faire un travail de préparation pour l’expérience de l’Agence Spatiale Italienne « Blind & Imagined » : j’ai réuni tout l’équipement nécessaire et l’ai rangé temporairement dans le laboratoire japonais JEM, où l’expérience aura lieu, et j’ai acheminé certains câbles.

J’ai également pu faire un peu d’auto-apprentissage (on l’appelle training à bord) pour faire fonctionner l’imprimante 3D de démonstration qui est à bord ; comme cet apprentissage était dans mon planning, je pense que je vais commencer à travailler avec l’imprimante 3D bientôt !

Concernant le fait de voler, c’est très amusant mais pas si facile ! En particulier le laboratoire américain (Destiny) est difficile car les parties frontales des racks sont pleines d’équipements qu’une personne volante maladroite comme moi pourrait potentiellement endommager.

Mais bon, ce soir je me sens déjà beaucoup plus sûre que ce matin, donc espérons que bientôt je pourrai voler de façon expérimentée. Une chose est sûre : c’est une chouette sensation !

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti, astronaute italienne de l'ESA, qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien relatant son entraînement pour sa mission spatiale à bord de l'ISS. Samantha s'est envolée de Baïkonour à bord d'une fusée Soyouz le 23 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. Toutes les photos postées proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

3 commentaires

  • Merci Samantha, merci Anne de partager ces moments si merveilleux et encore incroyables pour la plupart d’entre nous…

  • Rofi Elami Lynda

    Merci Samantha de nous faire partager un peu de votre extraordinaire aventure, ce qui confirme chaque jour un peu plus l’égalité entre hommes et femmes .

  • Merci à tous les deux pour votre commentaire. Pas sûre que Samantha lise les commentaires de ce blog, mais vous pouvez lui en laisser un sur son compte Google+, elle parle parfaitement bien le français

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.