L+12 : Butch a préparé notre sapin de Noël dans le Lab et a accroché des chaussettes pour nous

L+12 : Vendredi 5 Décembre 2014

(écrit le Samedi soir)

Wow – où est passée cette semaine ! C’est incroyable la vitesse à laquelle le temps passe lorsqu’on est très occupé et qu’on apprécie ce qu’on fait. Jeudi, Butch et moi étions tous les deux absolument convaincus qu’on était mercredi : Le pauvre Terry a dû nous montrer l’OSTPV (notre application de planification électronique) pour nous faire changer d’avis !

En parlant de planification, le plan pour moi hier était de terminer une série de prélèvements pour l’expérience microbiome pour laquelle j’ai déjà collecté de l’urine et du sang toute cette semaine. Le matin j’ai fait des prélèvements sur la peau à différents endroits de mon visage et mes bras à l’aide d’un écouvillon. Plus tard j’ai répété certains de ces prélèvements après les exercices physiques et j’ai fait des prélèvements de surface à certains endroits très touchés de l’ISS : la barre de l’ARED que nous utilisons pour « soulever des poids » ; les poignées que nous tournons pour ouvrir et fermer les volets des hublots de la Cupola ; les microphones à main, etc… Comme d’habitude, tout est mis dans le congélateur MELFI pour le retour, dès que les échantillons pourront faire de l’auto-stop pour repartir sur Terre.

J’ai également déménagé une unité SAMS dans Columbus : les unités SAMS sont installées dans toute la Station et mesurent l’accélération. Si nous étions en condition de parfaite microgravité, SAMS mesurerait une accélération nulle. Mais bien sûr, même si nous flottons en apesanteur, nous n’avons pas la microgravité parfaite à bord de l’ISS ; N’importe quelle action sur la structure, que ce soit une pompe en fonctionnement ou quelqu’un qui pousse sur une main courante, cause une petite accélération localement que les unités SAMS peuvent mesurer. Si je repense à ma semaine de travail, j’ai essayé sérieusement de m’améliorer pour ne pas laisser les choses s’envoler : ne pas oublier de fermer correctement un sac plein d’éléments, même si je ne me tourne de l’autre coté que pour quelques secondes; balayer la zone en trois dimensions avant de quitter une zone de travail; bien fixer les choses avec du velcro ou des tendeurs, même si ça semble être une bonne idée de seulement les presser sous les genoux ou de les coincer sous une main courante… ce n’est pas une bonne idée.

D’un point de vue positif, cependant, le fait que les choses flottent signifie aussi que vous avez la troisième main que vous avez toujours voulu avoir, ou la quatrième, ou la cinquième… Disons que vous avez besoin de vos deux mains pour faire quelque chose, mais que vous tenez quelque chose : et bien, tant que vous ne vous retournez pas, vous pouvez simplement la laisser flotter. Une « troisième main » la laissera flotter devant vous, il vous suffit de lui donner une légère poussée si elle commence à sortir de votre champ de vision. En effet l’apesanteur a quelque chose de magique ! Et c’est intéressant la façon dont vous devez l’apprendre : j’ai entendu plusieurs fois Butch me dire « laisse simplement couler ».

 

L+12 Décoration de Noel dans le laboratoire Destiny de la Station Spatiale Internationale

 

Dernière chose que je vous dirai ce soir : Butch a installé notre sapin de Noel dans le Lab et a même suspendu des chaussettes pour chacun de nous six. Donc à partir de maintenant et jusqu’à Noël, si nous tombons sur le plat préféré de quelqu’un lorsque nous cherchons dans les conteneurs de nourriture, nous pouvons le mettre dans sa chaussette !

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti, astronaute italienne de l'ESA, qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien relatant son entraînement pour sa mission spatiale à bord de l'ISS. Samantha s'est envolée de Baïkonour à bord d'une fusée Soyouz le 23 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. Toutes les photos postées proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.