Premier vol de test réussi pour la capsule Orion !

Journée historique pour la NASA, qui a réussi à lancer, mettre sur orbite et récupérer sa toute nouvelle capsule de transport d’astronautes (mais sans astronautes dedans). Comme indiqué dans ce précédent article, il s’agissait d’un vol d’essai qui permettait de tester plusieurs aspects d’un vol habité. La capsule a effectué deux orbites terrestres pour un vol d’une durée totale d’environ 4h30.

 

Vendredi 5 Décembre 2014,  Delta IV Heavy avec la capsule Orion à son sommet (Mission EFT-1) - LC37 à Cap Canaveral (Crédits : NASA/Bill Ingalls)

Vendredi 5 Décembre 2014, Delta IV Heavy avec la capsule Orion à son sommet (Mission EFT-1) – LC37 à Cap Canaveral (Crédits : NASA/Bill Ingalls)

 

Le lancement a donc au lieu au tout début de la fenêtre de tir, à 13h05 (12:05 UT) depuis le pas de tir 37 à Cap Canaveral. Il a été effectué par une fusée Delta IV Heavy (dans la famille des Delta IV, c’est le plus gros lanceur avec deux grands propulseurs latéraux).

Je vous laisse découvrir la vidéo du lancement (qui devait être très impressionnant à voir sur place) :

 

 

Une caméra embarquée a pu diffuser les différents évènements qui se sont déroulés pendant l’ascension :

A 4’15 » dans la vidéo on peut voir la séparation des deux propulseurs latéraux.

A 5’52 », extinction du moteur principal puis séparation du premier étage de la fusée que l’on voit s’éloigner à 6’18 »

A 6’34 », éjection de la coiffe (que l’on voit s’éloigner) qui protège la réplique du module de service (le « vrai » module de service doit encore être fourni par l’ESA) et éjection du système d’annulation de lancement (Launch Abort System).

La capsule poursuit ensuite son voyage et la mise en orbite est achevée 17 minutes après le décollage. La capsule suit alors une orbite dont le périgée est à 198.5km et l’apogée à 878.3km d’altitude.

A 15h (14:00 UT), le moteur de l’étage supérieur s’est rallumé afin de permettre à la capsule d’atteindre plus de 5800km d’altitude 1h10 plus tard.

Pendant son voyage, la capsule est entrée à deux reprises dans la ceinture de radiation de Van Allen, un endroit où les radiations venant de l’espace sont très importantes.  Cela a permis aux ingénieurs de la NASA de tester la résistance aux radiations des logiciels et du matériel informatique embarqués à bord.

Un peu avant 16h30, la capsule s’est séparée de l’étage supérieur de la fusée (et de la réplique du module de service), et a pu voler par elle-même, avant de replonger dans l’atmosphère terrestre vers 17h20 à une vitesse de 37000km/h. L’occasion de tester le bouclier thermique qui a supporté une température allant jusqu’à 2000°C durant la rentrée atmosphérique.

 

Schéma montrant le déroulement du premier vol de test d'Orion.  Crédits : NASA

Schéma montrant le déroulement du premier vol de test d’Orion. (Altitude max. = 5800km, Rentrée atmosphérique : température = 2000°C, Vitesse = 37000km/h)
Crédits : NASA

 

Puis tout s’est enchaîné assez vite, car à partir du moment où elle a pénétré dans l’atmosphère, la capsule a mis moins de 10 minutes avant d’amerrir : Trois parachutes ont éloigné de la capsule le couvercle qui protégeait les 8 autres parachutes de la capsule. Une fois le champs libre, les deux parachutes de freinage se sont ouverts pour ralentir suffisamment la capsule avant de pouvoir ouvrir les parachutes principaux. Trois parachutes « pilotes » ont ensuite tiré sur les trois parachutes principaux pour les sortir de leur baie. Cela a permis à la capsule de passer d’une vitesse de 480km/h avant l’ouverture des parachutes de freinage à 27km/h au moment de toucher l’eau à 17h29, soit 4h24mn après le décollage.

Les résultats issus des données récoltées pendant le vol ne seront connus que plus tard, mais on sait déjà que le bouclier thermique a fait son travail, de même que les parachutes. Les différentes phases de séparation, aussi bien pendant l’ascension que pendant le retour se sont bien déroulées.

 

Maintenant un peu de vidéos et de photos 🙂

Si vous ne vous lassez pas (comme moi) de voir ce mastodonte qu’est la Delta IV-Heavy quitter le sol, je vous propose 13 minutes de vidéo montrant le décollage sous différents angles :

 

 

Cette seconde vidéo explique (en anglais) la phase d’ouverture des parachutes:

 

 

Et enfin la vidéo du retour de la capsule sous ses parachutes puis son amerrissage, le tout vu depuis l’un des bateaux de récupération

 

 

Et le même amerrissage du point de vue de la capsule elle-même

 

 

Pour les photos, je vous laisse regarder cet album Flickr du compte NASA Orion Spacecraft

Ou encore cet autre album Flickr du compte NASA Kennedy (clickez sur les deux liens)

Et pour finir, le mot-clé EFT1 sur Flickr est votre ami 😉

 
Prochain test, pas avant fin 2017/2018. La capsule sera alors lancée à partir du SLS, le futur gros lanceur de la NASA et elle inclura le vrai module de service (et non plus une réplique) développé par l’ESA. La mission (toujours inhabitée) de sept jours consistera à rejoindre la lune, en faire le tour et revenir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.