L+44, L+45 : C’était de nouveau Noël et la chorale de Star City a même chanté dans un italien parfait !

L+44, L+45 : Mercredi 7 Janvier 2014

Aujourd’hui c’est de nouveau Noël ! C’est vrai : La Russie, un pays majoritairement Orthodoxe, célèbre Noël le 7 Janvier, donc la nuit dernière nous avons fait un réveillon de Noël ensemble avec nos coéquipiers russes.

Dans la Station Spatiale c’est généralement un jour de congé uniquement dans le segment russe, mais aujourd’hui, Terry, Butch et moi avons également obtenu une journée libre, car nous nous attendons à travailler ce week-end après l’arrivée du Dragon. Nous étions donc libres de rejoindre Sasha, Elena et Anton dans leur vidéoconférence avec leurs familles qui s’étaient rassemblées au Centre de Contrôle de Moscou.

Père Loav, le très gentil prêtre de Star City, a même amené une petite chorale pour chanter des chants de Noël pour nous, y compris la chanson italienne préférée « Tu scendi dalle stelle » magnifiquement interprétée avec une prononciation impeccable.

Pour revenir à hier, j’ai exécuté l’expérience de l’ESA Skin-B pour la troisième fois, pour étudier les effets de l’environnement spatial sur la peau. Si vous l’avez manqué, j’en ai parlé plus en détail dans le journal L+11 : Bien vivre dans l’ISS : un air épuré et des toilettes qui fonctionnent.

J’ai également dû plonger de nouveau dans les entrailles de nos toilettes spatiales : dans ce même L+11 j’avais parlé du remplissage du réservoir de la chasse d’eau, cette fois j’ai changé le réservoir du pré-traitement. Le pré-traitement est un fluide qui est ajouté en petite quantité pour chasser l’eau et fournir un traitement chimique de l’urine. Il y a un composant, appelé pompe doseuse, qui fournit la quantité de pré-traitement nécessaire au début de chaque utilisation. En fait, chaque fois que nous mettons en route les toilettes (ce qui signifie mettre en route le ventilateur qui fournit l’aspiration) nous devons vérifier que la diode de la pompe doseuse s’allume pendant quelques secondes  avant de s’éteindre. Si elle ne le fait pas, il y a un problème. Cela m’est justement arrivée samedi dernier, en fait : la diode de la pompe doseuse ne s’est pas éteinte et un gros voyant rouge d’erreur s’est allumé à la place. Après quelques investigations dirigées par les spécialistes au sol, la conclusion a été que la pompe doseuse était en panne et son remplacement par Terry était programmé pour lundi.

 

L+45 Samantha Cristoforetti dans les entrailles des toilettes spaciales

 

Avant que ceci ne soit terminé avec succès, les toilettes du Node 3 étaient hors services. Heureusement nous avons de la redondance à bord : le module de service russe a d’autres toilettes – en fait c’étaient les toilettes originelles de la Station Spatiale et les toilettes du Node 3 sont conçues exactement de la même façon avec quelques modifications pour tenir compte du transfert d’urine directement dans l’Ensemble de Traitement de l’Urine.

Bien sûr il est vraiment préférable pour nous d’utiliser les toilettes du Node 3 : non seulement elles sont beaucoup plus proches, mais nous évitons également de déranger Anton et Elena qui dorment pas très loin des toilettes russes.

Comme vous le savez, nous sommes également prêts à recevoir le vaisseau cargo Dragon ici bientôt. En préparation de l’amarrage, j’ai eu à faire quelque chose qui était un peu inquiétant pendant un moment : j’ai déverrouillé la trappe du Node 2, qui est l’endroit où le Dragon sera amarré. A l’heure actuelle, bien sûr, ça conduit au vide. Nous faisons cela pour éviter tout problème avec le mécanisme de verrouillage-déverrouillage le jour où nous pénétrerons à l’intérieur : plusieurs charges utiles scientifiques sont critiques en terme de temps et un délai dans l’ouverture de la trappe et le transfert pourrait causer une perte de données scientifiques. Bien sûr, la trappe s’ouvre vers l’intérieur, donc même si le mécanisme est déverrouillé, elle ne peut pas s’ouvrir contre la pression interne de la Station Spatiale. Mais j’imagine que je ne suis pas la seule à me sentir bizarre à propos de son déverrouillage : Ceci inclut un rappel qu’il y a une force d’environ 173 kilo-newton qui conserve la trappe fermée lorsque le module est pressurisé. Au fait, cela signifie également que les trappes qui s’ouvrent vers l’extérieur seraient une très mauvaise idée (oui, je pense à toi, « Gravity« ).

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti, astronaute italienne de l'ESA, qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien relatant son entraînement pour sa mission spatiale à bord de l'ISS. Samantha s'est envolée de Baïkonour à bord d'une fusée Soyouz le 23 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. Toutes les photos postées proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.