Patchs, Montres et lunettes de soleil, épisode I : le patch

Article par Thomas Pesquet

Les patchs, tout comme les montres et les lunettes de soleil, sont des trucs de pilotes. Portés sur des combinaisons de vol, des vestes en cuir, ou des T-shirts, épinglés sur des murs de couloirs ou imprimés sur des mugs pour la salle de briefing ou le mess de l’escadron, ils font partie du décorum dans la cachette de chaque groupe d’aviateurs. Ils transmettent en général des messages pour les quelques privilégiés qui savent les lire, et si parfois le message est codé avec une subtilité ésotérique, parfois… et bien pas tant que ça (comme ce patch d’un escadron dont je tairai le nom ou le pays d’origine, arborant fièrement le slogan « pulling G’s » au dessus d’un bouledogue tirant (pulling en anglais) activement avec ses dents sur… le string (G-string en anglais) d’une pauvre dame. Finesse militaire…)

Luca lors de notre premier jour à l'EAC (Credit : ESA)

Luca lors de notre premier jour à l’EAC (Credit : ESA)

Tom Cruise lors de son premier jour à Top Gun

Tom Cruise lors de son premier jour à Top Gun

 

 

 

 

 

Trouvez les 7 différences…

 

 

 

 

 

 

Oui, les cheveux (ou l’absence de cheveux) est l’une d’entre elles, mais la principale différence est : Luca ne porte pas (encore) son patch de promotion…

Le corps des astronautes n’est pas différent, en bien ou en mal, des autres groupes d’aviateurs n’importe où ailleurs dans le monde. Par conséquent nous avons rapidement réalisé, un mois après le début de l’entraînement de base, que nous devions avoir notre patch de promotion, pour être reconnu en tant qu’équipe. Et comme chaque patch dans le monde, suivant une tradition ancestrale encore jamais dévoilée, il a été conçu… autour d’une bière, dans un bar (bon, un bar/restaurant pour être honnête). Le remue-méninges a été intense, comme vous pouvez l’imaginer, et (l’un de) ses résultats a été le schéma général : un casque au centre, symbolisant le travail des astronautes qui était maintenant le notre, entouré par nos drapeaux individuels et celui de l’ESA pour les unir, le viseur doré du casque reflétant un « 09 » se référant aussi bien à un compte à rebours qu’à l’année de notre recrutement. Nous avons fêté cette grande réalisation, l’une des premières étapes vers la définition de l’identité de ce groupe spécial de personnes.

Charte du Corps des Astronautes Européens (Credit : ESA)

Charte du Corps des Astronautes Européens (Credit : ESA)

Plus tard nous avons ajouté au motif six étoiles blanches représentant les six personnes et nous avons inclus une couche supplémentaire autour du dessin, pour encapsuler le slogan du Corps Européen des Astronautes : Sapientia, Populus, Audacia, Cultura, Exploratio. Ainsi nous faisions le lien entre notre promotion et les précédents groupes d’astronautes  dans une filiation dont nous sommes tous très fiers.

Comme le résultat était maintenant plutôt solennel, nous avons ajouté le nom de notre promotion : les Shenanigans, comme élément central. Je ne m’étendrai pas ici sur la façon dont les promotions d’astronautes choisissent (ou méritent) leurs noms, de même que leur indicatif d’appel, mais laissez-moi vous dire que c’est en quelque sorte lié au sens de l’humour et aux plaisanteries que nous savourons ensemble encore aujourd’hui.

Une fois le dessin approuvé, nous avons commencé l’étape suivante : la production… pour rapidement nous rendre compte que pas un seul d’entre nous ne pouvait se vanter d’un talent artistique, ou même de dessiner, comme compétence sur son CV. Ainsi après quelques tentatives de brouillons très laids, nous avons décidé de nous tourner vers des personnes de talent, et heureusement, il y en avait quelques-unes dans notre entourage. Les gars de spacepatches.nl qui s’occupent de patchs depuis longtemps, nous ont gentiment offert leur aide et ils sont venus avec la mise en page des drapeaux qui rappelle la cupola de l’ISS. Et mon grand ami V. Gibaud était finalement responsable de l’intégration artistique de toutes ces idées, pour l’élaboration de la partie centrale du casque et pour la production du patch. Laissez-moi vous dire que cela n’a pas été une tâche facile, étant donné les attentes de capricieux difficile-à-satisfaire perfectionnistes que sont parfois les astronautes. Il n’y a pas de mots pour décrire son talent, et le résultat final était un succès total à tout point de vue.

Patch de la promotion 2009 des astronautes de l'ESA (Credit : ESA)

Patch de la promotion 2009 des astronautes de l’ESA (Credit : ESA)

Nous l’arborons maintenant fièrement sur nos combinaisons d’entraînement et nos vestes, nous l’épinglons sur les murs des couloirs, et nous l’avons même imprimé sur nos mugs… sans parler des fonds d’écran d’iPhone ! Nous le distribuons parfois comme un signe de reconnaissance de notre groupe après l’entraînement ou dans des évènements publiques. Jusqu’à présent il a volé dans des avions, plongé, sauté à l’élastique depuis 233m de haut, il est allé sous l’eau pour les entraînements en combinaison spatiale ainsi qu’en haut du Mont-Blanc, et je n’ai aucun doutes qu’il fera l’aller-retour dans l’espace plus d’une fois dans les années à venir. Bon voyage, patch des Shenanigans !

 

 

 

 

Cet article a été écrit par Thomas Pesquet, l’un des six astronautes recrutés par l’Agence Spatiale Européenne en 2009. Leur groupe a été baptisé les Shenanigans. Vous pourrez lire la version originale de cet article en anglais sur le site de l’ESA ici : Patches, watches, and sunglasses, episode I : the patch

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.