L-139 : Micro-5 : Observer une maladie infectieuse dans l’espace.

L-139 : Mardi 8 Juillet 2014

Hier, Terry Anton et moi avons passé la matinée sur une simulation de cinq heures d’opérations de routine, au cours de laquelle nous avons pratiqué des activités quotidiennes comme des tâches de maintenance, un transfert d’urine, des opérations de cargo. Je vous ai parlé dans le passé de ces types d’entraînement, par exemple dans ce journal de bord : L-400 : Opérations de maintenance et la boite à outils la plus cool qui soit !

 

Samantha Cristoforetti s'entraîne sur l'expérience Micro-5

 

L’après-midi j’ai été formée sur l’expérience Micro-5, qui demandera à l’équipage beaucoup d’activités dans la Boite à Gants (MSG : Microgravity Science Glovebox). C’est un volume étanche avec des gants intégrés dans lequel vous pouvez agir sur des substances toxiques ou des échantillons vivants sans craindre de contaminer la Station. En fait, comme vous pouvez le voir sur la photo, dans sa dernière version, vous n’avez pas besoin d’utiliser les gants en caoutchouc volumineux, mais vous pouvez utiliser à la place des gants de laboratoire normaux : le joint est fait autour de votre poignet.

Le but de Micro-5 est d’étudier le développement d’une maladie infectieuse dans l’espace. Malheureusement, il a été observé que les vols spatiaux induisent à la fois une dégradation du système immunitaire des êtres vivants, ainsi qu’une augmentation de la virulence des agents pathogènes. Alors que ces deux phénomènes ont été étudiés séparément, Micro-5 étudiera les deux en observant l’évolution de la maladie dans de minuscules « vers » (Caenorhabditis elegans) qui seront infectés par des bactéries Salmonelles pendant le vol.

La formation pour cette expérience était très amusante. Gérer toutes ces cultures vivantes, mélanger, séparer, se soucier de la stérilité, prendre les échantillons avec précaution… tout cela dans l’environnement MSG particulier m’a fait me sentir comme une scientifique. Bien sûr, je n’ai effectué la séquence qu’une seule fois. En vol, je devrai la faire des douzaines de fois. Mais hé, comme on dit… les progrès scientifiques sont 1% d’inspiration et 99% de transpiration.

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien qui la mènera au jour de son lancement, pour le moment prévu le 24 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. Toutes les photos postées sont sa propriété et proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.