L+130 : Misha et Scott sont déjà soumis à des examens approfondis

L+130 : Jeudi 2 Avril 2015

Hé, je suis sûre que vous en avez entendu parler : nous avons deux nouveaux membres d’équipage ici dans l’ISS qui vont rester à bord pendant, je ne plaisante pas, une année entière !

c’est sans doutes la première de plusieurs expéditions prolongées et le but principal est bien sûr l’observation de la physiologie humaine et la santé pendant une période plus longue que les missions standards de six mois, donc ce n’est pas une surprise si Scott et Misha sont soumis à des examens beaucoup plus approfondis que, disons, Terry et moi.

Il y a une large gamme d’études qui vont cibler de nombreux aspects de leur processus d’adaptation et toutes ces expériences ont besoin de données initiales.

Aujourd’hui c’était un grand jour de recherche sur la santé oculaire ! En fait, ma journée de travail s’est finie par des séances consécutives au cours desquelles j’ai aidé Scott et Misha à prendre des images de leurs yeux au fondoscope, mais même avant notre Conférence de Planification Quotidienne on m’avait déjà chargée de paramétrer notre machine de Tomographie en Cohérence Optique (OCT) pour le scan de leurs yeux.

Gennady a aidé Misha avant que ça ne soit mon tour d’aider Scott. Je dois admettre que je redoute un peu ces événements : obtenir de bons scans n’est pas toujours facile et ce n’est pas inhabituel de devoir les recommencer plusieurs fois pour obtenir un résultat satisfaisant. Ça peut être un peu frustrant pour l’opérateur et fatiguant pour le sujet, qui doit garder ses yeux ouverts et fixes pendant un long moment.

Nous avons des guides impressionnants qui sont aux commandes depuis le sol, mais ils ont des images qui sont diffusées par nos ordinateurs avec un très léger retard qui rend parfois difficile de donner des indications en temps réel lorsque l’image change rapidement. Ceci dit, je n’avais pas à m’inquiéter aujourd’hui. C’était naturel pour Scott ! C’est un sujet parfait (certainement au moins mieux que moi) : son regard était si fixe et stable que seuls de petits ajustements de la position de l’objectif étaient nécessaires pendant le scan pour conserver les couches oculaires appropriées en vue, rendant mon travail si facile. Merci Scott !

Entre les sessions de recherche sur les yeux et quelques petites autres taches (comme réparer l’un de nos frigos Merlin), j’ai aussi eu aujourd’hui trois visioconférences avec des personnes au sol – un peu inhabituel, d’habitude elles sont réparties dans la semaine. En plus de la visioconférence avec mon médecin de vol Brigitte, j’ai discuté avec les gars de l’ESA au COL-CC et de l’ESTEC : le directeur de mission et le directeur de vol principal de même que l’Eurocom de service et le responsable scientifique de la mission. De la même façon, en soirée, Scott, Terry et moi avons eu notre conférence hebdomadaire avec Houston et Huntsville pour le côté NASA et les mises à jour sur les opérations courantes de la part du directeur de vol principal et du reste de l’équipage de l’expédition 43.

Si vous suivez le flux en direct de la Station Spatiale, incluant les communications Espace-Sol, vous avez peut-être remarqué que vous n’entendez pas ces conférences : c’est parce que les centres de contrôle de mission ont mis des restrictions en place, de sorte que personne, mise à part les parties concernées, n’écoute la conversation. Comme vous vous l’imaginez, c’est particulièrement important pour les conférences médicales et psychologiques mais aussi pour les conférences familiales hebdomadaires de même que les instructions à distance pour les examens sur les sujets humains comme une échographie ou les scans OCT d’aujourd’hui.

Aujourd’hui j’ai aussi travaillé un peu sur l’équilibre hydrique. Comme je suis sûre vous le savez, nous recyclons toute l’eau à bord grâce à un appareil appelé Water Processor Assembly (WPA). Et bien, le WPA a eu quelques ratés ces derniers temps, donc actuellement il ne produit pas d’eau potable. Mais… Pas de panique ! Nous avons plein d’eau dans les conduites et plein de sacs remplis d’eau. Cependant, pendant que les spécialistes au sol developpent un plan à long terme pour dépanner le WPA, il y a un peu de travail à faire pour conserver un équilibre hydrique correct.

Lisez les libellés des photos pour plus d’infos !

 

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti, astronaute italienne de l'ESA, qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien relatant son entraînement pour sa mission spatiale à bord de l'ISS. Samantha s'est envolée de Baïkonour à bord d'une fusée Soyouz le 23 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. 
Auch auf Deutsch y en Español
Toutes les photos postées proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.