L+129 : Il ne me reste plus que 42 jours dans l’ISS

L+129 : Mercredi 1er Avril 2015

Comme vous l’avez sans doutes remarqué, je n’ai pas beaucoup écrit ces derniers mois – mes soirées se sont juste envolées, partagées entre l’attraction irrésistible de la Cupola, d’autres projets d’outreach et de nombreuses petites choses personnelles dont je devais m’occuper. 

Pendant la journée, nous sommes vraiment occupés dans la Station Spatiale avec la science, la maintenance, les tâches ménagères, la logistique et le maintien de nos compétences dans les réponses d’urgence, la robotique, le pilotage du Soyouz, etc… La variété des choses que nous faisons là-haut est hallucinante, si vous y pensez bien. 

Oh, au fait, nous avons aussi eu le désamarrage d’un Soyouz plus tôt ce mois-ci, ramenant à la maison la moitié de la population de notre Station Spatiale. Bon, au moins en terme de présence humaine – je suis sûre que les micro-organismes habitant ici, qui sont plus nombreux que nous par ordre de grandeur, prétendraient qu’il s’agit de « leur » Station Spatiale et ne se soucient guère que trois mammifères bipèdes soient remplacés par trois autres. Nous, au contraire, on s’en soucie. 

C’était dur de voir Sasha, Butch et Elena partir après avoir été si proche pendant quatre mois et nous sommes juste devenu un petit peu anxieux lorsque la communication avec leur Soyouz a été perdue pendant la mise à feu des moteurs, ce qui était un peu inattendu. Donc nous étions contents d’entendre Moscou dire que les équipes de recherche et de sauvetage étaient entrées en contact avec la capsule et encore plus heureux de voir les visages souriants de nos amis au moment où ils ont respiré leurs premières bouffées d’air frais au Kazakhstan. 

Au cas où vous vous demandez, nous les avons vu sur NASA TV, comme beaucoup d’entre vous, je suppose. Pas sûre de l’avoir dit avant, mais nous pouvons avoir une station TV transmise en direct sur l’un de nos ordinateurs lorsque nous avons la couverture satellite pour les antennes Ku-Band. 

Pendant deux semaines, la Station Spatiale semblait même plus grande qu’à l’habitude, avec Anton, Terry et moi comme seuls habitants (humains). Non seulement il y avait moins de personnes aux alentours, mais bien sûr il n’y avait que la moitié du travail qui se faisait donc il y avait moins de communication sur le canal espace-sol. Globalement, ça semblait beaucoup plus calme. Et maintenant nous sommes de nouveau six !

Scott, Gennady et Misha nous ont rejoint la semaine dernière et ont ajouté leur personnalité au mélange pour créer la nouvelle dynamique de l’Expédition 43. C’est une opportunité tellement précieuse de faire partie de deux équipages différents : au final, ce sont les interactions humaines qui déterminent notre expérience là-haut, donc en quelque sorte c’est comme avoir deux missions spatiales au lieu d’une. Et si vous avez des coéquipiers aussi géniaux que ceux que j’ai eu dans l’expédition 42 et que j’ai maintenant dans l’expédition 43… Et bien la vie est belle ! De plus, Terry et moi avons trouvé ça vraiment facile en terme de transmission : Scott a déjà été là-haut pendant six mois il y a tout juste 4 ans, il n’a donc pas besoin de la quantité de conseils et de coaching (et de patience !) que ce que nous avons eu besoin de la part de Butch au début. Scott est dans l’ensemble déjà autonome et a déjà donné des infos qui ont amélioré notre vie et notre travail. Toujours bon d’ajouter une nouvelle perspective à l’équation !

Donc nous y voilà, c’est déjà le 1er avril et sauf changements, mon Soyouz se désamarrera le 14 mai. Avec moi à bord, sauf si je me cache très bien. Il ne me reste que 42 jours dans l’ISS, ce qui est bien sûr un chouette nombre, mais c’est également pas beaucoup. Si je semble un petit peu triste en le disant, c’est parce que je le suis. 

Bref, avec si peu de temps restant, je m’engage à reprendre l’écriture régulière de ce journal : il y a encore tant de choses que je dois partager avec vous ! J’ai pensé que je commencerais par partager quelques photos de la vie et du travail de ces quatre derniers mois : consultez les légendes pour quelques aperçus. Je vous reparle bientôt ! 

 

 

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti, astronaute italienne de l'ESA, qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien relatant son entraînement pour sa mission spatiale à bord de l'ISS. Samantha s'est envolée de Baïkonour à bord d'une fusée Soyouz le 23 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. 
Auch auf Deutsch y en Español
Toutes les photos postées proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.