L+100, L+101 : Déjà 100 jours dans l’espace, bientôt la fin de l’Expédition 42…

L+100, L+101 : Mardi 3, Mercredi 4 Mars 2015

Le journal est de retour !

Désolée pour la très longue perte de signal, c’était très chargé : trois sorties spatiales en huit jours peuvent vraiment remplir vos journées et je sentais que je devais me concentrer sur mon travail à 100%.

Avoir à exécuter plusieurs heures d’opérations de sas et envoyer deux coéquipiers « à l’extérieur » en toute sécurité et aussi vite que possible est quelque chose qui requiert de l’attention : de loin la chose la plus exigeante que j’aie faite en orbite et, la première fois, assurément quelque chose d’un peu stressant.

Les sorties spatiales sont généralement couvertes assez en détail sur internet, donc je suis sûre que vous les gars, vous en savez déjà plus que ce que je pourrais vous en dire. Et concernant mon travail en tant qu’IV, si vous êtes curieux, vous pouvez jeter un œil sur certains journaux d’entraînement concernant les cours Prep-and-Post, au cours desquels nous nous entraînons sur les opérations de sas et les protocoles pre-breath. Lisez par exemple le journal L-70 : Invités spéciaux pour une semaine de « dernières fois ».

Bien sûr, certaines choses sont difficiles à pratiquer au sol. Prenez les SAFER par exemple, les jetpacks qui sont attachés aux combinaisons EMU pour un auto-sauvetage d’urgence en cas de détachement de la structure : au sol nous apprenons comment utiliser les loquets qui les maintiennent fixés à la combinaison, mais c’est une toute autre histoire de manipuler réellement la combinaison et le SAFER dans l’espace. Les choses lourdes et encombrantes n’ont pas de poids ici, mais ils ont encore de la masse, et donc de l’inertie !

Quoi qu’il en soit, tout s’est bien passé, Butch et Terry on fait un travail remarquable à l’extérieur, Anton était d’une aide précieuse dans le sas et maintenant nous reprenons tous notre souffle puisque nous nous installons dans un rythme de travail moins mouvementé.

De même, nous nous approchons rapidement de la fin de l’Expédition 42, ce qui signifie que Butch, Sasha et Elena se préparent pour leur chevauchée fougueuse en direction de la planète Terre la semaine prochaine.

Terry, Anton et moi serons seuls ici pendant une paire de semaines, avant que Scott, Misha et Gennady nous rejoignent vers la fin Mars.

Hier, nos coéquipiers sur le départ ont enfilé leurs combinaisons Sokol pour leurs contrôles d’étanchéité de pré-rentrée et j’ai repéré Elena et Sasha qui pratiquaient la rentrée manuelle Soyouz sur un simulateur dans le Module de Service.

Et nous préparons la cargaison de retour : aujourd’hui, par exemple, j’ai prélevé des échantillons d’eau de nos stations de distribution d’eau potable et les ai rangés pour un retour en Soyouz.

Les préparations pour l’arrivée du prochain équipage ont également commencé. Hier j’ai travaillé sur le rangement d’une partie de la cargaison délivrée par le véhicule de ravitaillement russe Progress, qui comprenait les vêtements et les articles d’hygiène de Scott.

Nous avons notre petite garde-robe spatiale dans le Node 2, proche de nos cabines de couchage : chacun d’entre nous a un grand sac rigide avec son approvisionnement en vêtements personnels, principalement organisés en Ziplocs couvrant chacun deux semaines (nous les appelons des « briques »).

Butch, efficace comme toujours, avait déjà vidé son sac, donc Scott… si tu me lis… tes vêtements sont déjà organisés joliment dans le Node 2 coté plafond ! Pas certain que ça sera suffisant pour un an, cependant : j’imagine que tu en auras d’autres qui arriveront en cours de route.

 

L+100 Samantha Cristoforetti fête son 100eme jour dans l'espace

 

Hé, au fait, hier c’était notre 100ème jour dans l’espace ! Bon, techniquement c’est seulement vrai pour moi, comme Terry et Butch sont déjà allés dans l’espace auparavant, mais pour sur c’était notre 100ème jour dans l’espace ensemble. Un peu effrayant, n’est-ce pas ? Comparé au temps qui se trouve derrière nous, le temps qu’il nous reste semble déjà peu, seulement quelques mois.

Bien sûr certaines choses de ma vie terrestre me manquent – à commencer par une douche – mais ça sera vraiment difficile de quitter la Station Spatiale. Pendant ces 100 derniers jours je suis passée d’une excitation irrépressible et une découverte constante à la familiarité et un sentiment d’affection paisible pour la Station elle-même, notre équipage et les équipes au sol présentes dans le monde entier avec lesquelles nous interagissons tous les jours. On se sent comme à la maison et, d’ailleurs, une maison dans laquelle on peut flotter et qui offre une vue imprenable par la fenêtre !

 

Cette note est la suite d’une longue série de notes de Samantha Cristoforetti, astronaute italienne de l'ESA, qui a entrepris l’écriture d’un journal de bord quotidien relatant son entraînement pour sa mission spatiale à bord de l'ISS. Samantha s'est envolée de Baïkonour à bord d'une fusée Soyouz le 23 novembre 2014.
La version anglaise (originale) peut être consultée sur son compte Google+ et la traduction italienne sur le site AstronautiNEWS. 
Auch auf Deutsch y en Español
Toutes les photos postées proviennent de son journal de bord sur son compte Google+.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.