Mission CRS-3 : Troisième ravitaillement de l’ISS par le Dragon de SpaceX !

—- Mise à Jour lundi 14 avril 22:00 —-

Le lancement a été annulé aujourd’hui pour cause de fuite d’hélium au niveau du premier étage. La prochaine opportunité sera vendredi 18 avril aux environs de 19:19 UTC (21h19, heure de Paris)

—- Fin de la Mise à Jour —-

Mise à feu statique des moteurs de la fusée Falcon 9 v1.1 (Crédits : SpaceX)

Mise à feu statique des moteurs de la fusée Falcon 9 v1.1 (Crédits : SpaceX)

Une fusée Falcon 9 s’élancera ce soir à 20h58 UTC (22h58 à Paris) de Cape Canaveral en Floride avec à son sommet la capsule Dragon qui doit ravitailler la Station Spatiale Internationale avec une cargaison d’environ 2,4 Tonnes. Le vaisseau s’amarrera à la Station Spatiale dans deux jours, mercredi 16 avril.

Pour voir le lancement en direct rendez-vous sur le site de NASA TV (à partir de 21h45, heure de Paris) ou sur celui de SpaceX (à partir de 22h, heure de Paris)

Cela sera la première fois que la version améliorée (version 1.1) de la fusée Falcon 9 de SpaceX va transporter une capsule Dragon. L’amélioration de la fusée permet donc d’emporter 800kg de plus que la fois précédente.

La cargaison est répartie de la façon suivante :

cargaison « pressurisée » : 1518kg dont

– 715kg de matériel scientifique,
– 476kg de fournitures pour l’équipage (nourriture, vêtements,…)
– 204kg de matériel pour la Station
– 123kg d’équipement pour les sorties spatiales (dont une combinaison spatiale EMU qui remplacera une combinaison défectueuse, qui n’est pas celle de Luca qui est redevenue opérationnelle)
– 600g de matériel informatique

cargaison non préssurisée : 571kg (eau, oxygène, carburant…)

cargaison déployable secondaire : 28kg. Il s’agit de cinq petits satellites de type cubesat.

Comme le Dragon est le seul vaisseau de ravitaillement de l’ISS capable de revenir sur Terre sans se consumer dans l’atmosphère, il ramènera au sol une cargaison d’environ 1,5 tonnes réparties de la manière suivante :

– 741kg de matériel scientifique (entre autre l’expérience Ant in Space)
– 158kg de fournitures pour l’équipage
– 376kg de matériel de la Station
– 285kg d’équipement pour les sorties spatiales
– 4kg de matériel informatique

 

La capsule Dragon amarrée à l'ISS le 25 Mai 2012 (Crédits : NASA/JSC)

La capsule Dragon amarrée à l’ISS le 25 Mai 2012 (Crédits : NASA/JSC)

 

Parmi les expériences scientifiques qui seront transportées à bord de la Station Spatiale par la capsule, se trouvent notamment :

OPALS (Optical PAyload for LaserComm Science) : c’est un système de communication qui va permettre de tester l’utilisation d’un faisceau laser pour envoyer des données au sol à la place d’ondes radios. Les données envoyées par laser arriveront plus vite sur Terre que si elles sont envoyées par ondes radios.

HDEV (High Definition Earth Viewing) : c’est une étude qui va placer quatre caméras haute définition à l’extérieur de la Station Spatiale afin de filmer la Terre et diffuser le flux en direct sur internet. Les quatre caméras ne sont pas du matériel spécial mais de « simples » caméras que l’on peut trouver dans le commerce. Elles sont enfermées dans des boites qui vont les maintenir à une température donnée et elles seront exposées aux rayonnements de l’environnement spatial. Les analyses de l’effet de l’espace sur la qualité de la vidéo peut aider les ingénieurs à déterminer le meilleur type de caméras commerciales à utiliser dans des futures missions. L’utilisation de produits disponibles peut être plus rentable que le développement de nouveaux produits.

VEGGIE (Vegetable Production System) : c’est une chambre qui va permettre de faire pousser des cultures de type salade pour fournir à l’équipage des produits frais. L’unité VEGGIE fournit la lumière et l’apport en élément nutritif mais elle utilise l’environnement de la cabine de la Station pour le contrôle de la température et comme source de CO2 pour favoriser la croissance.

VEGGIE peut supporter une variété d’expériences qui détermineront comment les plantes perçoivent et répondent à la gravité. Les plantes seront récoltées pour faire des études supplémentaires et si elles sont jugées sûres après l’étude, l’équipage sera autorisé à les consommer. Le volume de croissance de VEGGIE sera le plus grand volume disponible à ce jour pour la croissance des plantes sur la Station Spatiale, ce qui permet de faire pousser des plantes plus grandes que ce qui a déjà été fait auparavant. Mieux comprendre la croissance et le développement des plantes en microgravité permettra d’améliorer la production végétale sur Terre.

T-Cell Activation in Space (Activation des Lymphocyte T dans l’espace): c’est une étude qui vise à identifier la cause d’une dépression dans le système immunitaire en microgravité. En effet, les astronautes qui vont dans l’espace voient une baisse de leur immunité aux infections pendant leur vol et/ou lorsqu’ils reviennent à terre.  L’étude va porter sur les lymphocytes T, un type de globules blancs, qui sont envoyés dans l’ISS puis renvoyés ensuite sur Terre.

Robonaut2 va enfin avoir des jambes ! Le robot humanoïde se trouve à bord de la Station Spatiale depuis 2011 mais il n’avait jamais eu de jambes. Cela sera maintenant réparé puisque deux jambes étranges font partie de la cargaison transportée par le Dragon. Pour rappel Robonaut2 a pour but d’aider les astronautes dans des taches fastidieuses/répétitives ou jugées trop dangereuses. A terme il est prévu qu’il puisse faire des sorties spatiales.

Je ne sais pas vous, mais moi elles me font un peu peur ces jambes. Le corps est « humain » mais le mouvement de ses jambes ne l’est pas…

Voyez ci-dessous :

 

 
Test de récupération du premier étage de la fusée

SpaceX va profiter de ce vol (dont le but premier reste évidemment la mise en orbite du Dragon) pour effectuer un test afin de préparer le développement futur d’une fusée entièrement réutilisable. Le premier étage de la fusée a été équipé de quatre pieds rétractables. Après s’être séparé de son deuxième étage, le premier étage va revenir sur Terre et ses quatre pieds vont être déployés au cours de la descente. Il est encore trop tôt dans les étapes de développement pour voir l’étage se poser sur la terre ferme, c’est pourquoi celui-ci plongera dans l’Océan Atlantique. Le but de SpaceX est tout de même de récupérer l’étage intact.

 

Grasshopper a atteint 744m avant de se reposer le 7 Octobre 2013 (Crédits : SpaceX/Vidéo hexacopter)

Grasshopper a atteint 744m avant de se reposer le 7 Octobre 2013 (Crédits : SpaceX/Vidéo hexacopter)

 

Lors du premier vol de la version améliorée de la fusée Falcon 9 en septembre 2013, une tentative de retour de l’étage avait déjà été effectuée, mais celui-ci s’était abîmé dans l’océan après que ses moteurs se soient éteints prématurément. Pour ce nouveau test, plusieurs mises à feu des moteurs seront effectuées : une première mise à feu de rétro-propulsion de trois des neuf moteurs permettra de ralentir l’étage afin de l’aider à survivre à la rentrée atmosphérique, puis si cela réussi, le moteur central sera rallumé afin de stabiliser l’étage et réduire sa vitesse juste avant le contact avec l’eau. Dix secondes après le rallumage du moteur central, spaceX réalisera le test de déploiement des quatre pieds pour préparer un futur atterrissage sur la terre ferme. Ceci dit, même si SpaceX se dit confiant sur le fait qu’ils soient proches de réussir, ils pensent que la probabilité de récupérer l’étage lors de ce test est très faible, environ 30 à 40%.

Si vous voulez voir à quoi ressemblera le retour sur la terre ferme d’un premier étage de fusée, voyez du coté du programme Grasshopper.

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.